Jôshiki (常識) : le sens commun, c’est si évident que ça ?

Selon Wikipedia, “la notion de sens commun se rapporte à une forme de connaissance regroupant les savoirs largement diffusés dans une culture donnée“. J’ai mis en gras la fin car oui, on ne partage pas le même sens commun avec les japonais qui se dit entre autre jôshiki (常識).
Je vais dans un premier temps discuter du terme et de sa relative importance au Japon pour ensuite vous présenter le jeu Nintendo DS Jôshikiryoku (常識力) qui comme vous le verrez est palpitant. 😀

Analyse du mot jôshiki et usage du terme au Japon

Jôshiki s’écrit en kanji 常識 où 常 signifie ici “habituel/ordinaire/normal/commun”. On le retrouve dans le mot seijô (正常 “normal/sain) qui s’oppose à ijô (異常 “anormal/inhabituel”). 識 pour sa part renvoie au discernement/sens et il compose entre autre le mot chishiki (知識 “connaissance”). Bref, les kanjis de jôshiki semblent parfaitement correspondre à l’idée qu’on se fait du sens commun.

Il se trouve que le terme est assez ancien mais qu’il est en quelque sorte revenu au goût du jour avec l’influence de l’Occident autour de 1900. On l’a en effet utilisé dans les textes comme traduction de “sens commun”, c’est pourquoi ils sont très proches sémantiquement. On peut noter quand même qu’il a eu un écho particulier au Japon et qu’il est vraiment entré dans l’usage. Probablement parce qu’avoir des règles communes et partagées par chacun est plus “primordial” qu’ailleurs.

C’est lui en blanc, attrapez le ! 😀

En fait, le mot jôshiki est tellement devenu populaire que la traduction en français la plus naturelle n’est pas toujours “sens commun”. Tout simplement parce que nous, on l’emploie rarement dans la conversation. On dira plutôt “tout le monde le sait ! Tu vis dans une grotte ?” là où un japonais prononcera sore ha jôshiki da yo ! (それは常識だよ !).

Alors après, il faut savoir que le terme est très large et s’apparente le plus souvent au comportement en société. Par exemple, manger en marchant (le fameux arukitabe), c’est hijôshiki (非常識 “insensé/déraisonnable”). On dit encore pour désigner la personne jôshiki hazure no hito [常識外れの人“personne insensée]. Heureusement, Nintendo a eu la brillante d’éduquer ce genre d’individus avec son jeu jôshikiryoku (常識力).

Le jeu DS jôshikiryoku : affûtez votre jôshiki !

Avant de présenter rapidement ce jeu, il convient de dire qu’au final, jôshiki s’emploie surtout avec une connotation négative au Japon vu que le but est de rappeler à l’autre qu’il n’est pas dans la norme. On trouve des articles sur la personnalité des personnes hijôshiki qui sont décrites la plupart du temps comme égoïstes. Autrement dit, elles ne font pas l’effort de s’adapter aux règles de vie communes (arriver à l’heure, être toujours poli…).

Le jeu Nintendo DS Jôshikiryoku (常識力) littéralement “potentiel en sens commun” n’est pas là pour nous rappeler ces évidences. Et bien oui, ça serait trop facile sinon ! En fait, les exercices tournent davantage autour des connaissances “que chacun devrait savoir“. Et c’est pas facile du tout, j’ai eu une question sur le rôle de la vitamine B1 par exemple. :S
Voici mon score après le premier test :

Bon apparemment, je suis dans la norme. Le logiciel me conseille toutefois de faire attention quand je m’adresse à mes supérieurs… :S

Ouf, je ne suis pas dans la catégorie hijôshiki reberu (非常識レベル). Bon j’avoue avoir répondu au hasard sur la plupart des questions car c’est assez technique. En fait, le logiciel est destiné aux adultes puisque le titre complet est otona no jôshikiryoku (大人の常識力). Si j’en trouve un pour les enfants japonais, vous serez prévenu ! En attendant, voici un petit test en image où j’attends vos réponses en commentaire ! 😀

Il faut choisir entre A, B, C ou D. L’entrée est à droite (入り口).

La question est la suivante : au Japon, lorsqu’on accueille l’invité le plus important, où faut-il l’installer ? La gauche correspond au fond de la pièce et la droite l’entrée. Bon courage ! 😀

Sources : ja.wikipedia (généralités), detail.chiebukuro (origine du mot jôshiki)

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur whatsapp
WhatsApp
Partager sur email
Email

5 réponses

  1. l’invité le plus important s’assoit au fond de la salle 🙂 La place la plus proche de la porte, c’est pour l’interne, ou la personne avec le rang le plus bas.

    Merci pour l’article. Je ne connaissais pas 常識, plutôt tendance à entendre これは当たり前なことです! par ici ^^

    1. Ah ah, bonne réponse pour la place des invités ^^.
      C’est vrai que atarimae (pour lequel j’ai écrit un article l’année dernière) est assez proche de jôshiki. On le traduit par “évident” et c’est vrai qu’au niveau du degré, j’ai l’impression qu’il est plus “fort” que jôshiki. Par exemple avec la vidéo atarimae taisô que j’ai postée, le fait de mettre un pied devant l’autre pour marcher, c’est atarimae et inévitable. Jôshiki me paraîtrait bizarre ici… ^^.

      Mais dans la conversation quotidienne, on ne fait pas de différence stricte. On emploie aussi souvent “futsû” d’ailleurs avec le même sens. Par exemple “普通、ミスをしたら謝りますよね ” (futsû, misu wo shitara ayamarimasu yo ne) : “en temps normal, quand on fait une faute, on s’excuse non ?”. Au final, l’intention de faire un sermon est là même qu’avec jôshiki dans ce contexte. De toute façon, je me dis toujours qu’en temps normal, plus que le sens “propre” au mot, c’est l’intention qui prédomine. ^^.

    1. Apparemment, de ce que j’avais pu lire sur le sujet, c’est parce que la place près de l’entrée était considérée autrefois comme la plus “dangereuse”. Car si un ennemi rentrait dans la maison, et bien c’était celui à l’entrée qui avait le plus de chance de se faire attaquer. Donc la personne la plus importante est au fond et voilà ^^.
      Flo a bien résumé la chose, j’ai écrit ce commentaire en même temps qu’elle ! :p

      J’ajouterai tout de même que pendant les nomikai (soirées alcoolisées entre collègues) au Japon, c’est la même logique. Les chefs/dirigeants au fond et ceux en bas de la chaîne à l’entrée. Chacun a donc en principe une place précise, j’avoue que ça m’avait pas mal dérangé personnellement. Là on ressent vraiment la notion de tateshakai (société verticale) pour le coup. Enfin, on s’y fait de toute façon… :p.

  2. En aïkido, la règle veut que le moins gradé soit vers l’entrée au cas où des assaillants arriveraient dans le but de conserver le savoir des sensei. Ici protéger l’invité montre qu’il est considéré comme une personne importante et ces 2 exemples illustrent bien le savoir vivre japonais je trouve.

Laisser un commentaire

Articles par mois
Derniers messages du forum
otakusan93
Inscription au JLPT
sazanami
Flux RSS cassé ?