Le japonais dans tous les sens

Arukitabe (歩き食べ) : manger en marchant, c’est si dérangeant ?

En cherchant un peu sur le net, on peut trouver toute une liste de règles de politesse au Japon. Ne jamais planter ses baguettes dans le riz, ne pas se moucher en public, se déchausser à l’entrée… Aujourd’hui, je vais m’interroger sur une pratique qui n’est pas interdite mais fortement mal vue : manger en marchant, arukitabe (歩き食べ). Bien que ça nous paraisse anodin à nous français, comment expliquer qu’elle soit autant décriée parmi les japonais ?

Analyse du mot arukitabe et clarification préliminaire

Il n’y a pas vraiment un mot “officiel” en japonais pour décrire l’acte de manger en marchant mais celui que l’on retrouve le plus est probablement arukitabe (歩き食べ). Aruki vient du verbe aruku (歩く marcher) et tabe du verbe taberu (食べる “manger”). Il s’agit de la même logique que le terme arukisumaho (marcher avec les yeux sur son smartphone). A noter qu’il existe la variante plus vulgaire arukigui (歩き食い) “marcher en bouffant”. Par contre, attention au terme tabearuki (食べ歩き) qui désigne parfois le fait de manger quelque part et ensuite de marcher. On le retrouve notamment dans le domaine du tourisme.

Ce youtubeur du nom de ヒマゴロシ (himagoroshi) mange certes debout mais immobile. ^^

Avant de parler des arguments en défaveur du arukitabe, il faut tout d’abord clarifier quelque chose. Cette règle n’est pas “absolue”, c’est à dire que dans certains contextes où on est obligé de marcher en mangeant, cela ne pose pas de problème. C’est par exemple le cas dans des lieux très touristiques avec des marchands de glace ou encore lors de matsuri (fête traditionnelle) où on vend des plats prévus pour être mangés debout. Cela dit, même dans ces cas précis, les japonais restent en général immobile pour manger. Car au moindre geste trop brusque, une grand mère peut tout à fait surgir de nulle part et dire “tu as marché vil coquin !”.

Evidemment je blague un peu mais retenez quand même que les japonais seront compréhensifs si vous faites du arukitabe quand une bonne raison existe. Par contre, si rien ne semble justifier cet acte, il est fort probable qu’on vous regarde bizarrement. Voir qu’on vous fasse une remarque. Car oui cela m’est personnellement arrivé, une grand mère m’ayant demandé oishii desu ka (美味しいですか “c’est bon ?”). C’était peut être un peu ironique (voir hiniku) j’imagine… :D.

Arguments contre la pratique du arukitabe

Lorsqu’il y a une règle, c’est toujours intéressant de se demander pourquoi elle existe. Surtout qu’ici, il s’agit de quelque chose de mal vu particulièrement au Japon alors qu’en France, personne n’y prêtera attention. Je me suis donc amusé à lire l’avis de japonais sur le net et je vais citer quelques arguments qui reviennent souvent. Le plus souvent cité est probablement “cela peut être une gêne pour l’autre“. On l’avait notamment vu avec le mot kûki mais au Japon, on évite le moindre acte qui pourrait être dérangeant. Et dans le cas de la nourriture, en plus de l’odeur, il y a le risque de faire tomber des miettes voir carrément l’emballage. Et de surcroît, c’est bruyant ! :S

Photo prise à Shibuya après Halloween. Voilà ce qui arrive quand on mange en marchant ! 😀

Le second argument peut être résumé par la phrase suivante taberu mono ha taberu basho (食べる物は食べる場所). C’est à dire “il y a un endroit pour manger“. Ça aussi, c’est finalement assez classique dans la culture japonaise. Chaque objet a une fonction précise et chaque acte a un lieu précis. Par exemple, on ne joue pas avec ses baguettes, c’est fait pour manger. J’ai même lu un avis énonçant comme si c’était dans l’ordre des choses “manger, c’est en position assise, non ?”. ^^

Enfin le troisième gros argument qui découle des deux précédents est la question de l’image renvoyée. Quelqu’un qui se permet de manger en marchant, c’est forcément qu’il est mal élevé. On emploie à ce sujet l’expression gyôgi ga warui (行儀が悪い)avoir une mauvaise tenue“. Il est tout de même étonnant de lire des propos extrêmes comme “ces individus sont une honte pour la société”. Outch ! Pour conclure sur une note scientifique, sachez que manger en marchant ferait prendre du poids. Je dis ça comme ça après… 😀

Sources : komachi.yomiuri, detail.chiebukuro, oshiete.goo (avis de japonais sur le arukitabe)

 

Guilhem Walter

Guilhem Walter

C'est moi le rédacteur (actuellement unique) du blog Kotoba.

8 réponses

  1. Intéressant cet article !! Je m’étais déjà posé la question de savoir si cette pratique est “interdite” ou non étant donné qu’aucun japonais (ou presque) ne la pratique. J’avoue que ça peut être parfois embêtant quand on doit se rendre quelque part et qu’on prend justement un sandwich pour pouvoir le manger le long du trajet afin de gagner du temps.

    A côté de cela, les japonais sont nettement moins regardant concernant la nourriture dans les trains (notamment express). Il m’est arrivé de devoir “supporter” l’odeur de la nourriture parfois assez forte de mes voisins dans le train et c’est assez désagréable… :/

    1. Oui dans le Shinkansen, c’est parfaitement autorisé et accepté de manger à l’intérieur.
      C’est déjà un peu moins le cas dans les trains de banlieu mais j’en vois parfois.
      Bref, j’imagine que c’est aussi une question d’habitude…

  2. Oui, je m’étais posé la question du train, car si le souci est de ne pas gêner l’autre, ce qui est louable, voilà une pratique qui devrait être proscrite.
    La photo de Shibuya après Halloween remet en question la certitude que j’avais de l’impeccable tenue des japonais. J’étais persuadé que l’on payait des gens pour ramasser les feuilles mortes AVANT qu’elles ne tombent sur le sol.

    1. Dans le train, c’est surtout pour des raisons historiques je pense. J’ai pas vraiment fait de recherches à ce sujet mais je sais qu’il était normal a une certaine époque de fumer dedans (comme en France) et de manger librement aussi. De nos jours, fumer est interdit et manger est tout de même pas super bien vu. Si c’est par exemple des chips, ma femme tique un peu. :p

    1. Oui le sujet des sandwiches revient justement souvent parce qu’ils font partie des plats qu’on mange facilement en marchant. Et les commentaires de certains japonais sont assez violents, difficile de dire après si l’échantillon qu’il y a sur le net est représentatif ou non de l’avis général. Je pense que c’est de plus en plus toléré car la société change (on a de moins en moins de temps pour manger). Mais bon dans le doute, il vaut mieux rester debout et immobile pour manger. Bon moi je dis ça mais je fais partie de ceux qui continuent à marcher en mangeant alors… Notamment les yakiimo avec mon fils, ah ah ! 😀

  3. Petit complément : le 食べ歩き désigne plus précisément le fait de faire le tour des restaurants d’un lieu donné, une sorte de balade gourmande à travers la ville. C’est l’activité à laquelle s’adonne justement le 孤独のグルメ (gourmet solitaire) de Taniguchi. Car l’on mange, puis l’on marche jusqu’à la prochaine échoppe.

    1. Exact, c’est en général ce qu’on entend par 食べ歩き. Je dis bien “en général” car comme vous pouvez le constater sur ce lien, il y a parfois confusion. Donc si vous dites simplement 食べ歩き a un japonais sans entre autre précision, il est possible qu’il comprenne “食べながら歩く”, c’est à dire ce que j’ai décrit dans cet article.

Laisser un commentaire

Derniers messages du forum