Le japonais dans tous les sens

Saiwai (幸い) : ce serait un bonheur si par chance on s’en tirait

Suite à une demande de quelqu’un qui se reconnaîtra, j’ai décidé de vous présenter aujourd’hui le sulfureux 幸い (saiwai). Pourquoi sulfureux ? Eh bien non content de ressembler comme deux gouttes d’eau à 辛い (tsurai “pénible/douloureux” ou karai “épicé/piquant”), il se targue en plus de ne pas être un adjectif en -i comme sa structure le laisserait penser. Voyons cela de plus près ! 🙂

Origine du mot saiwai et lien avec shiawase

Selon le Nihon kokugo daijiten ou encore le Kôjiensaiwai dériverait de l’ancien mot sakiwai (さきわい). Daté au VIIIe siècle, ce dernier s’employait comme un nom commun et on pourrait le traduire par “bonne fortune/bonne chance/bonheur“. Vu que l’on considérait à l’époque que c’était principalement grâce aux dieux lorsque tout allait à peu près bien, on peut dire que l’idée de bonheur était liée à celle de la chance (d’avoir la grâce des dieux). Toujours est-il qu’étymologiquement parlant, 幸い (saiwai) est plus proche du bonheur que 幸せ (shiawase).

C’est d’ailleurs un concours de circonstances si ces deux mots s’écrivent avec le kanji 幸. En effet au départ, shiawase s’écrivait 仕合せ “jonction de faits”. Lorsque cette jonction était mauvaise, on parlait de 不幸 (fukô “malheur”). Mais lorsqu’elle était bonne et qu’elle amenait à un résultat positif, c’était alors décrit comme 幸い. Comme à l’usage les Japonais ont préféré employer shiawase pour des évènements heureux, 仕合せ → 幸い (positif) → 幸せ. Bon c’est certainement un poil plus complexe que cela mais cette explication aide bien en tout cas à faire le lien entre les deux. (゚∀゚)

Là où j’ai un peu bloqué, c’est sur la raison de l’ajout de l’okurigana い après le kanji 幸 alors qu’il n’était obligatoire auparavant. Il apporte en effet de la confusion puisqu’on a l’impression d’avoir affaire à un adjectif en –i à l’instar de 辛い (tsurai). Wikipedia JP indique que c’est pour faire la distinction 幸せ/幸い sauf que 幸せ(shiawase)/幸(saiwai) aurait pu marcher aussi. Il y a sûrement aussi une question de parallélisme où si on met un okurigana pour l’un, il faut aussi le faire pour l’autre. Pas de privilégié ! Puis entre nous, la graphie avec le kanji 幸 est certes plus ancienne pour saiwai mais n’a été introduite que bien après les premières traces écrites du mot (en kana). (・ε・)

Usage de saiwai de nos jours

Première chose : si shiawase et saiwai était employé avec le même sens aujourd’hui, l’un aurait sûrement disparu au profit de l’autre. La principale différence sémantique que pointe le Ruigo Reikai Jiten (dictionnaire des synonymes) et que je trouve très pertinente est que saiwai possède une dimension beaucoup plus objective (客観的 kyakkanteki). En effet, ce “nom commun” (qui peut aussi être utilisé comme un adjectif ou un adverbe, j’y viens par la suite ^^) ne s’emploie jamais pour désigner un bonheur émotionnel “je suis trop heureux !!!”. Il s’agit plutôt d’un constat pouvant sonner froid.

Je vais donner un exemple très courant de la vie quotidienne pour que ce soit plus clair : お役にたてれば幸いです (oyaku ni tatereba saiwai desu). Elle a été traduite dans le Petit Royal par “je serais heureux de pouvoir vous être utile”. Il faut avoir en tête qu’il s’agit d’une formule de politesse et on aurait aussi pu la traduire en français par “ça me ferait plaisir de vous aider” voire même “si je peux vous être utile…”. Maintenant si on remplace 幸いです par 幸せです (shiawase desu), ça sonne beaucoup plus expressif (pour ne pas dire envahissant oO).

On peut dire que cet ours a eu de la chance dans son malheur.
(Photo de Pixabay provenant de Pexels)

Ainsi pour résumer, on peut dire que saiwai est davantage formel. S’ajoute à cela un autre emploi davantage lié à la chance qu’au bonheur : celui adverbial que l’on traduit par “heureusement/par chance“. 幸い(にも)失敗せずに済んだ [saiwai (ni mo) shippai sezu ni sunda] : par chance, cela s’est terminé sans échec. On comprend ici l’importance de l’okurigana い finalement car 幸失敗 pourrait se traduire par “défaite heureuse”. (-“-)

Une dernière pour la route : 私、幸いなことに死にませんでした (watashi, saiwai na koto ni shinimasen deshita). Il s’agit du titre d’un livre sorti récemment qu’on pourrait traduire par “moi, par chance, je ne suis pas morte”. Vous saurez désormais que saiwai peut aussi de transformer en adjectif en na. ヽ(℃°)ノ

Support utilisé : dictionnaire électronique (différents dictionnaires cités dans l’article)

Un quiz maintenant ?

J’ai distillé pas mal d’infos dans cet article que j’ai eu beaucoup de plaisir à écrire. Saurez-vous en tirer le meilleur parti pour répondre à ce quiz ? ^^



Articles similaires

3 réponses

  1. Merci pour ces explications, ça m’a bien éclairé !
    Et cet article confirme l’importance de l’étymologie : je ne l’avais pas vu venir, cette histoire de 幸せ / 仕合せ !! Et du coup, je comprends beaucoup mieux sa formation et son sens.

    Merci encore 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Derniers messages du forum
Jean
Transcription Kanbun
chacha21
Te-form et jisho.org
Kotoba
Demande de traduction