Shiroari (シロアリ/白蟻) : les termites, ce ne sont que des fourmis blanches ?

Pendant ces deux semaines de pause sur Kotoba, j’en ai profité avec mon fils pour parcourir les parcs à la recherche d’insectes de toute sorte. On a trouvé des ダンゴ虫 (dangomushi “cloportes”), des perces-oreille, des fourmis, des ムカデ (mukadeon en a aperçu 4 variétés différentes, génial !) ou encore des araignées et petits scarabées. Mais ce qui a surtout attiré notre attention en retirant une écorce d’arbre, c’était les 白蟻 (shiroari). Comment expliquer une appellation si neutre pour les termites ?

Origine du mot shiroari et réflexions sur l’appellation

Bien que je n’avais jamais vu de termites en vrai, j’ai pu les reconnaître pour deux raisons : déjà parce que c’était sur un tronc d’arbre mort (ils mangent du bois, c’est bien connu) et leur tête m’a tout de suite rappelé un épisode d’Oggy Et Les Cafards avec un termite particulièrement gênant (chacun ses références). La première chose qui m’a frappé, c’était leur couleur blanche et j’ai dit à mon fils “on dirait des fourmis blanches”. Ce n’est que par la suite que j’ai vérifié le terme japonais qui se trouve être シロアリ (shiroari). Vu que ça signifie littéralement “fourmi (ari) blanche (shiro)“, on se dit qu’ils ne se sont pas vraiment foulés ! 😀

Voici ce qu’on a observé, ceux avec des ailes étant des adultes sexués.

Bien qu’en apparence et qu’au niveau de leur organisation, ils ressemblent à des fourmis, ils ne font en fait pas partie du même ordre. Ce sont les blattoptères pour les termites (comme les cafards) et les apocrites pour les fourmis (comme les abeilles et guêpes). C’est pourquoi d’ailleurs on préfère l’écriture en katakana シロアリ pour les termites étant donné qu’en kanji (白蟻), le 蟻 rappelle trop la fourmi. Par contre, bien que chez nous aussi on les surnomme “fourmis blanches”, c’est finalement “termite” qui est devenu le plus populaire. Quand on sait que ce dernier signifie étymologiquement “ver qui ronge le bois“, cela fait sens. Pour ma part, je savais juste qu’ils pouvaient endommager des maisons en mangeant le bois mais je ne connaissais pas leur couleur.

Voici les deux variétés les plus connus au Japon. Les Yamatoshiroari à gauche de couleur blanche qu’on trouve surtout dans les forêts et les ieshiroari (termites de maison) de couleur jaunâtre.

Bien qu’on trouve au Japon principalement des maisons en bois et que cet insecte est considéré comme nuisible (害虫 gaichû), j’ai été surpris par un nom aussi “neutre”. Surtout qu’en dehors de shiroari, je n’ai rien trouvé d’autres. Le gokiburi (cafard) a bien eu droit à son surnom de “insecte grignoteur de récipient” mais notre termite semble être passé entre les mailles du filet. Est-ce parce qu’on lui reconnaît aussi un rôle important de “nettoyeurs de forêts” ? Ou est-ce que le succès d’un mot dépend de plein d’autres paramètres invisibles ?

Sources : Ja.Wikipedia (généralités), Underhouse (illustration)

 

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur whatsapp
WhatsApp
Partager sur email
Email

Laisser un commentaire

Articles par mois
Derniers messages du forum