Gokiburi (ゴキブリ) : le cafard, cet insecte grignoteur de récipients

Dernières infos concernant l’application Kotoba : après un échange avec le développeur, j’ai pu retester un nouveau design pour l’application avec notamment un menu de gauche plus clair et un affichage du contenu mieux optimisé. Malheureusement, malgré un certain temps passé, je me suis rendu compte qu’il restait quelques bugs (impossible d’ouvrir un fichier audio ou de revenir en arrière). Mais on est en bonne voie je pense, ce n’est qu’une question de temps. Patience donc !

En attendant, je vous propose une réécriture de cet article sur les cafards en japonais (gokiburi). Désolé pour ceux qui l’avaient déjà lu ! :S
L’article commence à partir du prochain paragraphe.

 

S’il y a bien une créature que toutes les mères de famille japonaises redoutent, à l’instar de la maman de Nobita dans Doraemon, c’est le cafard ! Il faut dire qu’au pays du soleil levant, les gokiburi sont plutôt gros et nombreux. Mais d’où vient donc ce mot ?

Origine du mot gokiburi : ah, ils sont voraces !

Gokiburi s’écrit habituellement en katakana ゴキブリ. Il dérive du terme gokikaburi (御器噛り)goki (御器) correspond au récipient où l’on met la nourriture. Kaburi (噛り) signifie pour sa part “fait de grignoter/mâchouiller”. Car au cas où vous ne le sauriez pas, les cafards japonais peuvent s’attaquer même au contenant. C’était davantage le cas autrefois car ils étaient principalement en bois. D’où cette appellation de “grignoteur de récipients“. Charmant non ? ^^

Par ailleurs, gokikaburi était couramment employé jusqu’à la fin du XIXème siècle. Cependant, des erreurs d’impression et d’écrivains ont influencé l’usage vers gokiburi. On peut toutefois retrouver l’ancien terme dans certaines régions du Japon donc ce n’est pas inutile de le retenir. Dans tous les cas, on utilise le verbe tsubusu (潰す) pour dire “écraser un cafard” ce qui donne gokiburi wo tsubusu (ゴキブリを潰す). Comme ça, vous le saurez ! 😀

Ceci est un piège à cafards, le fameux "gokiburi hoi hoi"
Ceci est un piège à cafards, le fameux “gokiburi hoi hoi”, une petite maison en carton où le sol est collant.

Les gokiburi dans la culture populaire

Comme nous autres, les japonais essayent du mieux qu’ils peuvent de se débarrasser des cafards. Ils n’hésitent pas ainsi à utiliser des pièges en tout genre comme celui que vous voyez en photo. Il s’agit d’une maison en carton au sol collant gokiburi hoi hoi (ゴキブリホイホイ). Et vous avez peut être remarqué le mignon petit personnage représenté dessus qui vient du manga gokicha (ごきチャ). Dans celui-ci, le personnage principal, une ravissante petite cafarde cherche à devenir ami avec les humains. Evidemment, ce n’est pas chose aisée !

Dans le domaine des jeux vidéo, on trouve un jeu Game Boy qui a pris le nom du piège pour s’appeler tout simplement Hoi Hoi (ホイホイ “Stop That Roach” en anglais). Cette fois-ci on ne rigole plus vu que le but de ce jeu de réflexion est d’empêcher les cafards de s’attaquer au gâteau. On vous propose alors de les écrabouiller avec une pantoufle ou d’utiliser d’autres stratagèmes plus retords. Grisant ! 😀

Sources : gogen-allguide (étymologie), matome.naver (méthodes pour exterminer les cafards)

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur whatsapp
WhatsApp
Partager sur email
Email

Laisser un commentaire

Articles par mois
Derniers messages du forum