J’ai réalisé par hasard hier que têtard venait de “tête” et signifie donc plus ou moins “le truc avec une tête visible”. Apparemment, c’est plus ou moins pareil en anglais puisque tadpole serait à l’origine toad (grenouille) + pol (la tête). Il est vrai que cette larve d’amphibien a pour caractéristique d’avoir une tête proéminente mais n’aurait-on pas pu être un peu plus poétique ? ^^

Heureusement, le japonais vient sauver les meubles avec otamajakushi (お玉杓子) qui pour le coup est assez original !

Étymologie de otamajakushi et usage actuel

お玉杓子 peut être décortiqué en deux parties, à savoir お玉 (o-tama) et 杓子 (shakushi). On avait vu la première notamment dans le mot 玉入れ (tamaire, sorte de basket japonais) et elle signifie “globe/rond”. Le préfixe o n’est pas un marqueur sémantique ici. Quant à shakushi, c’est une spatule souvent en bois utilisée pour servir le riz. On lui préfère aujourd’hui le terme 杓文字 (shamoji) cela dit. Otamajakushi, c’est donc littéralement une “spatule ronde”. C’est en réalité celle que l’on place dans un bol de nouilles par exemple et qui permet de récupérer le jus.

Il s’agit en bas du têtard du ウシガエル (ushigaeru), un crapaud particulièrement imposant. 😀

Il se trouve comme vous pouvez le voir sur la photo que cette spatule ressemble à un têtard. C’est pourquoi on a tout bêtement décidé de nommer le têtard otamajakushi. Nous voilà ainsi avec un mot devenu polysémique, vive la magie du langage ! Alors évidemment, il est possible que vous vous demandiez si ce n’est pas le têtard qui aurait plutôt donné son nom à cette spatule. Car on en trouvait bien avant, cette louche ne datant apparemment que de l’époque d’Edo (1603-1868). Mais c’est un peu comme pour びわ (biwa, le fruit-instrument), le fait qu’un élément de la réalité soit antérieur à un autre ne signifie pas qu’on l’a nommé en premier. En l’occurrence pour le têtard, on utilisait tout simplement jusque là le mot かえるこ (kaeruko “enfant de grenouille”).

Au passage, on utilise aussi aujourd’hui かえるの子 (kaeru no ko) pour le têtard. C’est un peu plus rare mais ce n’est pas forcément pour éviter la confusion avec la fameuse spatule ronde. Car de toute façon, on opte plutôt aujourd’hui pour le raccourci お玉 (o-tama) lorsqu’on la nomme. Et si c’est elle qui s’est fait raccourcir et non le têtard (bien que ça aurait été plus logique étant donné qu’il raccourcit réellement avec la résorption de sa queue), c’est tout simplement parce qu’on parle davantage à l’oral de spatule ronde que de têtard. Vive la bouffe ! 😀

Source : d.hatena (étymologie),  ja.wikipedia (illustrations)

Guilhem Walter

Rédacteur du site kotoba.fr, je vis au Japon depuis juillet 2012 et je m’intéresse de près à la langue japonaise et la culture dont elle fait partie.