Karê raisu (カレーライス) : le curry japonais, c’est anglais ?

On va aborder aujourd’hui un autre incontournable de la cuisine japonaise : le karê raisu (カレーライス). Littéralement “riz au curry”, il désigne en réalité un plat typiquement japonais dans le sens où il diffère significativement du curry indien. Pas la même couleur, pas la même odeur, pas les mêmes légumes… Après un petit point sur son origine, je vais tenter d’expliquer sa popularité au Japon.

Origine du karê raisu et raison de sa popularité

Karê raisu s’écrit en katakana カレーライス et on retrouve le raisu de omuraisu (オムライス) permettant de désigner le riz. Vous pourrez rétorquer “il y a également du riz pour le curry indien”. C’est vrai et ici, raisu permet surtout d’expliciter qu’il y a une grosse quantité de riz qui est donc un des ingrédients principaux. Alors que dans celui indien, il n’a pas la même place. Bref, le karê raisu désigne avant tout le curry à la japonaise. A noter cela dit qu’il sera souvent abrégé en karê (カレー) puisqu’au Japon, c’est celui qui est le plus consommé.

Le curry japonais à droite contient davantage de riz qui est d’ailleurs cuit différemment.

Concernant le mot “curry” d’ailleurs, il faut savoir que c’est surtout une invention occidentale qui renvoie à toutes sortes d’épices. Les anglais auraient été les premiers à inventer une “poudre de curry” (karê kona カレー粉) spécifique durant le 19ème siècle. En Inde, l’arrangement des épices était beaucoup plus libre et improvisé. Tout ça pour dire que le curry japonais ne vient pas directement d’Inde mais a été en quelque sorte manufacturé en Angleterre puis importé vers 1870. Comme ingrédients, on avait notamment la grenouille, le poireau, la crevette, l’ail, le gingembre, la farine de blé…

Les fameux karê rû trouvables partout au Japon.

Puis peu à peu, on a remplacé ces ingrédients par d’autres plus facilement trouvables au Japon. Les patates, les carottes (ninjin), la viande de poulet/porc/bœuf, les oignons… A la fin, il ne reste plus que les épices en commun ! :D. Mais s’il faut retenir une année, c’est bien celle de 1926 : l’invention du karê rû (カレールー). Il s’agit d’un petit bloc composé de poudre de curry solidifié à l’aide de farine de blé et d’huiles/beurre. Son nom vient du français “roux” car sa couleur est rousse/marron. Grâce à cette invention, préparer un karê est devenu à la portée de tout le monde. Il suffit de faire fondre ce bloc dans de l’eau bouillante avec le reste des ingrédients et c’est prêt. Magique non ? 😀

Sources : Ja.Wikipedia (généralités), Maff.go.jp (histoire)

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur whatsapp
WhatsApp
Partager sur email
Email

2 réponses

    1. J’imagine que tu as lu l’article sur retoruto ?
      Les deux termes sont possibles en fait, si tu tapes インスタントカレー (insutanto karê) dans google, tu auras des résultats qui pointeront vers… des レトルトカレー (retoruto karê).

      En fait, le terme de retoruto pour le karê est beaucoup plus parlant vu qu’il renvoie direct à l’image de la poche alimentaire.
      Insutanto est un peu plus vague, ça nous dit juste que c’est quasi instantané. C’est le cas de la poche alimentaire qu’il suffit juste de réchauffer mais on peut aussi considérer que le karê rû, c’est instantané. D’ailleurs, je n’en ai pas parlé dans l’article mais lorsque le karê rû a été inventé en 1926, on le nommait notamment 「インスタント・カレールウ」.

      Donc même si aujourd’hui インスタントカレー désigne la plupart du temps les poches alimentaires, il peut y avoir une confusion. C’est principalement pour cette raison à mon avis qu’on emploie plutôt レトルトカレー dans le doute ^^.

Laisser un commentaire

Articles par mois
Derniers messages du forum