Genkin (現金) : l’argent liquide et les opportunistes

On avait vu avec le mot otsuri (monnaie) de quelle manière les japonais manipulaient l’argent. Aujourd’hui, cela va être l’argent liquide en général qui va nous intéresser, genkin (現金). Qu’est ce qu’il sous entend et pourquoi la carte bleue peine à s’imposer au Japon ?

Analyse et définition du mot genkin

Genkin s’écrit en kanji 現金 où 現 signifie “actuel/réel” et 金 “l’argent”. Littéralement, c’est donc l’argent que l’on a réellement sur soit et que l’on peut utiliser à tout moment. Cela comprend donc les pièces et les billets et non la carte bleue. Et oui, on parle plutôt d’argent virtuel dans ce cas. Genkin de harau (現金で払う) = payer en espèce.

Il existe un autre sens totalement différent pour genkin lorsque celui-ci se décline en adjectif. On le traduit par “calculateur/opportuniste”. Autrement dit, la personne qui change subitement d’attitude afin de tirer profit de quelque chose. Par exemple un enfant qui se met immédiatement à ranger sa chambre lorsqu’on lui promet un bonbon. Genkin na yatsu (現金なやつ) : un individu opportuniste.

Quel rapport entre l’argent liquide et le fait d’être calculateur ? Et bien de manière générale, les marchands japonais ne recevaient que très rarement de l’argent liquide autrefois. On leur payait ce qu’on leur devait à plusieurs moments précis dans l’année et non juste après l’achat. Par exemple lors de la fête de l’obon (août) et à la fin de l’année. C’est pourquoi lorsqu’on leur versait de l’argent en liquide sur place, ils avaient tendance à changer d’attitude. On a donc nommé ce constat genkin !

Des billets de 10 000 yen en pagaille !

Pourquoi l’usage de la carte bleue ne s’est pas généralisé au Japon ?

Récemment, j’ai décidé d’utiliser ma carte bleue en allant dans un family restaurant et un supermarché. A chaque fois, même son de cloche : nous n’acceptons que le liquide. Il est vrai que ça a évolué ces dernières années et qu’on peut payer en CB dans les konbini et dans beaucoup de supermarchés “modernes”. Il n’empêche qu’il beaucoup d’enseignes ou ce n’est toujours pas le cas. Selon les derniers chiffres de 2016, moins de 20% des transactions seraient réglées par carte.

Quand on sait que les japonais aiment ce qui est pratique habituellement, on peut donc légitimement se demander pourquoi. Le premier argument que l’on retrouve souvent porte sur la sûreté du Japon. C’est vrai, on peut se permettre de se balader avec 500€ en liquide sur soi sans craindre de se faire voler. Pourtant, ce constat à lui seul n’explique pas tout, loin de là. Que penser de l’Allemagne alors ?

C’est en réalité assez complexe car les raisons sont multiples. Je vais donner quelques éléments de réponses sans pour autant éluder la question. D’une part, il y a encore beaucoup de petites enseignes familiales au Japon. Accepter le paiement par carte occasionne des frais supplémentaires qu’elles ne sont pas prêtes à payer. De plus, on fait ses courses quasiment tous les jours ce qui signifie que les montants sont assez faibles. Et comme vous le savez, les frais de transaction par CB sont élevés en dessous d’un certain seuil.

Il existe d’autres raisons idéologiques avec lesquelles je préfère rester distant. Mais je vous invite à creuser le sujet par vous même, il y a peut être des choses intéressantes à découvrir ! 🙂

Sources : zatugakuunun (étymologie de genkin), oshiete.goo, creditcard-diary (éléments de réponse)