Hyakkaten (百貨店) : les grands magasins au Japon, c’est fini ?

En France, on associe souvent les grands magasins aux Galeries Lafayette. Surface de vente littéralement gigantesque, choix immense, image de luxe… Au Japon, on trouve dans le même genre les hyakkaten (百貨店). Qu’est ce qui les caractérise et ont-ils encore un avenir ?

Définition de hyakkaten et caractéristiques japonaises

Hyakkaten s’écrit en kanji 百貨店  où 百 (cent) signifie ici “multitude de”, 貨 “produits/biens” et 店 “magasin”. Littéralement, on obtient “magasin proposant une multitude de produits”. Et cela correspond plus ou moins à la réalité : on y trouve traditionnellement des mets raffinés, des articles de mode, des produits électroniques de luxe… Quand on y va, on est donc “sûr de trouver quelque chose à son goût”.

De nos jours, ils sont plus souvent désignés avec le mot depâto (デパート) venant de l’anglais Department Store. La chaîne la plus connu est sans doute Daimaru (大丸). On peut les trouver dans les grandes gares (par exemple celle d’Osaka), dans les quartiers huppés et même en banlieue. Leur point fort est de proposer un service absolument irréprochable. C’est déjà le cas la plupart du temps au Japon mais c’est encore plus criant ici. On sourit tout le temps, on se plie en quatre pour le client en allant lui chercher les produits qui pourraient lui convenir…

En contrepartie, les prix affichés sont très hauts. A moins d’être fortuné, ce n’est pas un lieu qu’on fréquente souvent ! Selon un sondage de 2015, seulement 30% environ y vont une fois par mois ou plus. Et c’est surtout pour acheter de la nourriture de luxe (70%) ou pour les restaurants (30%). Le but semblant être de se faire plaisir une fois de temps en temps ou de trouver un cadeau “décent”.

Architecture typique d’un grand magasin japonais avec les différentes colonnes.

Est-ce la fin pour les hyakkaten ?

On peut constater qu’on ne va plus pour les mêmes raisons dans les hyakkaten. Dans la période de la haute croissance, les prix étaient certes déjà hauts mais on avait les moyens de s’offrir des produits de luxe régulièrement. Depuis l’éclatement de la bulle en 1990, nos magasins se sont un peu adaptés. Au premier étage, vous trouverez en général les articles les moins chers en promotion.

Surtout, il ne reste plus que les mets raffinés qui semblent avoir un intérêt aux yeux des japonais dans ce type de magasin. Pour le reste, on va dans les boutiques spécialisés moins onéreuses. Et concernant les vêtements de marque, on les essaye sur place mais on les achète sur… internet.

Difficile donc de voir un avenir radieux pour les hyakkaten au Japon. Ils ferment chacun leur tour, à commencer par ceux situés en banlieue. Et comme on y va désormais que pour la nourriture, certains ne proposent quasiment plus que ça. On se demande d’ailleurs pourquoi ils portent encore le nom de “magasin aux multiples produits”. Vers une disparition inexorable ?

Sources : ja.wikipedia (généralités), chosa.nifty (sondage de 2015)

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur whatsapp
WhatsApp
Partager sur email
Email

Laisser un commentaire

Articles par mois
Derniers messages du forum
Kotoba
鏡餅