Zeinuki (税抜) : comment ça, c’est hors taxes ?

Comme le dit Alexandre (celui chargé de la gestion et du design de ce blog en particulier), il m’arrive souvent de pousser des coups de gueule. Bon c’est jamais vraiment méchant vu que ce n’est jamais accompagné d’actions concrètes. Disons que je n’ai pas tellement envie d’attirer l’attention des autorités japonaises sur moi. 😀
Pourtant, cela ne m’empêche évidemment pas de m’exprimer sur certains points que je trouve particulièrement révoltants. Je vous avais ainsi parlé en 2016 des surgelés (voir reitôshokuhin ) et de leurs promotions trompeuses.
Aujourd’hui, avec le mot 税抜 (zeinuki), je vais m’intéresser au prix des articles affichés en magasin ou encore dans les restaurants. Et vous allez voir que là aussi, il y a quelques choses à redire…

Analyse du mot zeinuki et subtilités

税抜 qui peut aussi s’écrire 税抜き est composé du kanji 税 faisant référence aux taxes. En l’occurrence celle de la valeur ajoutée (TVA) ici que l’on dit 消費税 (shôhizei littéralement “taxe de la consommation”) en japonais. 抜/抜き quant à lui vient du verbe 抜く(nuku) signifiant “retirer/enlever“. Ainsi, zeinuki signifie “taxes retirées” ce qui donne “hors taxes” dans un français naturel. À l’inverse, lorsque les taxes sont comprises dans le prix (TTC), on mentionne en japonais 税込 (zeikomi “taxes incluses”). Voilà, vous saurez déjà maintenant à peu près reconnaître en vous rendant dans un supermarché japonais un prix TTC d’un prix HT. 🙂

Enfin, vous serez peut-être comme moi surpris d’apprendre que les magasins ont actuellement la possibilité d’afficher des prix zeinuki sans préciser le montant TTC. Pire encore dans les restaurants, il leur suffit d’indiquer en tout petit en bas de page du menu quelque chose comme 表示価格は全て税抜き価格です (hyôji kakaku ha subete zeinuki kakaku desu “tous les prix affichés sont des prix hors taxes”) et le tour est joué. Et je me souviens d’une fois d’ailleurs où j’avais cherché partout cette indication sans la trouver. Elle était en fait indiquée en devanture du magasin… :S

Exemple d’un menu avec une indication uniquement en bas pour les prix HT.

Histoire de la TVA au Japon et changements récents

Pourtant, il n’en a pas toujours été ainsi. Lorsque la TVA a fait son apparition au Japon en 1989 (3% à l’époque), il n’y avait aucune règle précise sur l’affichage des prix. Il a fallu attendre 15 ans en 2004 (TVA à 5% depuis 1997) pour qu’une loi soit votée et impose l’affichage TTC. Donc on pouvait afficher un prix zeinuki mais il fallait obligatoirement préciser le montant TTC à côté. Seulement en 2014, lorsque la TVA est passée à 8% (toujours d’actualité), la loi s’est assouplie. Il est désormais possible d’afficher uniquement le montant zeinuki mais en précisant bien sûr que c’est le cas. Voici des exemples d’affichages possibles :

Vous voyez qu’il y a des variantes comme 税別 (zeibetsu “taxes séparées”) ou plus fourbe encore, 本体 (hontai littéralement “partie principale”, c’est à dire HT). Cet assouplissement de la loi était en quelque sorte une manière de contrecarrer la chute de la consommation prévue au Japon suite à l’augmentation de la TVA. On a aussi soulevé la fameuse excuse du “il faudra encore changer les prix TTC quand ça passera à 10%, c’est trop contraignant”. Car normalement cette hausse de 8 à 10% devait avoir lieu un an après vers 2015 mais celle-ci devrait finalement voir le jour en 2019 aux dernières infos.

Cette réforme est en tout cas une idée formidable qui fonctionne particulièrement sur les touristes ne sachant pas lire le japonais. Et justement, j’ai remarqué dès mon arrivée sur Kyoto que tous les supermarchés ou presque affichaient des prix uniquement zeinuki, ce qui était loin d’être le cas sur Kobe. Et étrangement, c’est à Kyoto qu’il y a le plus de touristes dans la région. Simple coïncidence ? :S

Ah oui, dernière info intéressante : l’obligation d’afficher les prix TTC devrait revenir à la fin de l’année fiscale de 2020 (1 avril 2020 – 31 mars 2021). Vous remarquerez que c’est juste après les JO de 2020 amenant son lot potentiel de touristes. Décidément, le hasard fait bien les choses. ^^

Sources : Muchi-Miyamo (histoire de la TVA), NTA.co.jp (à propos de l’assouplissement de la loi et de sa durée)

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur whatsapp
WhatsApp
Partager sur email
Email

3 réponses

  1. Super article très intéressant merci ! Pour rester dans la thématique des taxes, un collègue dont la femme est japonaise et qui va donc souvent au Japon m’a dit que quand il achetait des produits, il gardait les tickets de caisse pour ensuite se faire rembourser la taxe une fois revenu en France . Ça peut être utile ?

    1. Je n’ai jamais entendu qu’on pouvait se faire rembourser une fois en France (où ça ?) mais je sais qu’il existe des boutiques où il est effectivement possible de payer Hors taxe. Ce sont celles qui ont reçu une autorisation et c’est souvent ce qui concerne la mode (vêtements, sacs…) ou les produits électroniques. La plupart du temps, ils demandent un montant minimum (5000 ou 10 000 yens en général) et ils vous agrafent la facture directement dans le passeport. Car il ne faut pas dépasser un certains nombres d’articles : http://www.customs.go.jp/kaigairyoko/menzei.htm
      Par exemple, c’est trois bouteilles d’alcool maximum, 200 cigarettes, 2 onces de parfum…
      De plus, on ne peut pas dépasser 200 000 yens au total (1600 euros environ) et donc tout objet qui dépasse cette somme individuellement ne peut pas être détaxé.

  2. lol ils abusent ! En tant quetranger dans certains centres genre nakano broadway pour pas le citer on peut se faire rembourser la taxe des produits achetés sous présentation du passeport et dans un certain delai.

    Mais encore faut il le savoir…

    Merci pour cet article intéressant.

Laisser un commentaire

Articles par mois
Derniers messages du forum
otakusan93
Inscription au JLPT
sazanami
Flux RSS cassé ?