Le japonais dans tous les sens

Tokui (得意) : c’est un habitué fier et j’en suis satisfait !

Lorsque j’ai écrit un article sur le mot 上手 (jôzu) en 2016, je ne connaissais le terme 得意 (tokui) que sous le sens “compétent/doué”. C’est pourquoi j’ai mentionné à la fin ” préférez plutôt tokui (得意) pour mettre en avant une de vos compétences“. 5 ans se sont donc déroulées entre temps et je viens tout juste d’apprendre que je me méprenais totalement sur l’image générale de ce mot puisqu’en réalité, le sens “compétent” ne serait ni le plus fréquent (il n’apparaît qu’en troisième position dans le dictionnaire Daijisen qui classe par fréquence) ni le plus ancien (troisième position aussi selon le Nihon kokugo daijiten).

Pourtant, je ne pense pas être le seul à avoir cette image erronée puisque c’est celle que donne la plupart des manuels de japonais. On va tenter ici d’expliquer pourquoi mais avant toute chose, laissez-moi vous décrire ce fameux mot tokui en retraçant son évolution.

Origine et évolution du mot tokui

得意 s’écrit avec le kanji 得 qui renvoie généralement à l’idée d’obtention (profit/gain/avantage…), on le retrouve par exemple dans le mot 所得 (shotoku = revenus). Le kanji 意 possède probablement une image plus abstraite qui s’articule autour des pensées (意見 iken = opinion), du ressenti (意に満たない i ni mitanai = être insatisfait) ou encore du sens (意味 imi = sens/signification). Oui c’est nébuleux et on peut donc donner tout un tas d’interprétations au mot 得意 en se basant uniquement sur les kanjis. Le Nihon kokugo daijiten indique pour sa part “意を得る” (i wo eru) que je n’ai strictement pas compris au départ. (-人-)

Cette proposition signifie en fait “être satisfait” (満足する manzoku suru), sous entendu “car tout s’est bien passé selon ses désirs”. Il s’agit là du sens le plus ancien de tokui et on l’emploie encore  aujourd’hui dans l’expression 得意の絶頂 (tokui no zecchô) signifiant “à l’apogée de sa satisfaction (sa gloire)”. À l’inverse, on parle de 失意 (shitsui), c’est-à-dire quand tout va mal et qu’on est désespéré. Le second sens qui en découle et qui me déstabilise davantage est “fait d’être fier (en apparence)/d’avoir un air triomphal“. Ainsi, 得意な顔 (tokui na kao) veut dire “un visage fier”. De même, 得意になる (tokui ni naru litt. “devenir fière”) est une expression qu’on emploie pour désigner quelqu’un ayant l’air fier (après avoir reçu un prix, après avoir été félicité…).

On arrive alors à comprendre le lien avec notre troisième sens le plus ancien/courant qui est celui “point fort (doué, compétent)“. À noter que notre mot du jour peut s’employer aussi bien comme un nom commun (avec la particule の) que comme adjectif en na. 彼は日本語が得意だ (kare ha nihongo ga tokui da) : il est bon en japonais. 母の得意の料理 (haha no tokui no ryôri) : le plat de cuisine que ma mère prépare le mieux. Vous voyez que dans ce dernier exemple, on aurait pu aussi traduire par “le plat de cuisine dont elle est la plus fière“. Je finis ici avec un dernier usage surtout courant à l’oral qui permet de désigner le… “client régulier/habitué“. Il semble que ce soit lié au sens premier puisqu’un client régulier rapporte de l’argent, ce qui donne satisfaction au vendeur. On retrouve fréquemment cet usage avec le préfixe honorifique –o. 店のお得意 (mise no otokui) : les habitués de cette boutique.

Pourquoi on n’apprend t-on que le sens “point fort” et autre réflexions

Je résume : nous sommes passés du sens “satisfaction (suite à un accomplissement)” pour aller vers “fierté (apparente)” puis nous nous sommes rendus à “point fort” pour finir sur “client régulier“. Même s’il semble que tokui ne soit pas employé le plus souvent avec le sens “point fort”, on remarque que c’est probablement le plus facile à placer pour un apprenant avec un niveau débutant ou intermédiaire. Puis comme les sujets tournent souvent autour de “se présenter/parler de ses loisirs”, on arrive inévitablement au moment où il faut aborder ses talents.

J’admets quand même être étonné de découvrir seulement tout ça aujourd’hui alors que je pratique le japonais depuis 15 ans maintenant. Cela pourrait indiquer que je me repose sur mes acquis (héhé) ou plus probablement que je ne suis pas exposé à un japonais suffisamment varié (et représentatif de ce que à quoi est exposé un Japonais). Je me demande aussi comment fait le dictionnaire Daijisen pour déterminer la fréquence des interprétations du mot. Je n’ai trouvé aucune explication à ce sujet, leur méthodologie est-elle vraiment fiable ?

Voilà, je vous laisse sur ces quelques réflexions et un petit jeu pour voir si vous avez tout bien compris. Voici trois propositions. Saurez-vous dire pour chacune d’entre elle comment s’interprète tokui ? Vous pouvez répondre en commentaire ^^

  1. 彼女はほめられて得意になっている。 (kanojo ha homerarete tokui ni natte iru).
  2. 数学が得意になるにはどうすればいいですか。 (sûgaku ga tokui ni naru ni ha dô sureba ii desu ka).
  3. お得意さまを失う。 (otokui-sama wo ushinau).

Autre source : dictionnaire japonais-anglais 新英和大辞典 (phrases d’exemple)

4 réponses

    1. Vu que tu es le seul à avoir répondu, je peux t’indiquer qu’il s’agit d’une bonne réponse et donner quelques précisions.

      Tout d’abord, comme on le voit dans la troisième phrase, il n’est pas rare de mettre le suffixe -san ou -sama après o-tokui. C’est plutôt logique vu que ça désigne des individus. ^^

      Ensuite, j’ai essayé de trouver un énoncé où on peut interpréter “tokui ni naru” de deux façons possibles. Ce n’est vraiment pas simple en fait, la seconde phrase n’a rien à voir avec une “fierté apparente” en tout cas.
      Je crois qu’un énoncé du style 褒められたら、得意になる (homeraretara, tokui ni naru) pourrait signifier à la fois “lorsqu’on se fait féliciter, on devient bon” et “on a un air fier lorsqu’on se fait féliciter”. Mais bon, comme le lien entre “se faire féliciter” et “devenir bon” est pas assez fort, ça sera la seconde interprétation qui sera privilégié (j’ai fait un test avec ma femme).
      Puis dés qu’on choisit un domaine de compétence (nom de matière, sport…), l’interprétation “bon/doué” est quasi-obligatoire. Autre exemple : 彼は英語が前より得意になっている。(kare ha eigo ga mae yori tokui ni natteiru)”il est (devient) meilleur qu’avant en anglais”.

      Du coup, si on dit juste “得意になっている (tokui ni natte iru)”, les deux interprétations me semblent possibles. Mais à part ce genre d’énoncé minimal, je vois pas trop. ^^

        1. Merci Toni ! 🙂
          Je bosse pas mal actuellement sur Kotoba vu que je vais proposer une autre approche pour parcourir les différents articles (par fréquence du mot). Cela fait plusieurs années que j’y pensais et ça viendra dans les jours qui suivent ! 😉

          Guilhem

Laisser un commentaire

Derniers messages du forum