Takarakuji (宝くじ) : la loterie en chiffres au Japon

Le loto est très populaire dans la plupart des pays du monde excepté ceux où les jeux de hasard sont interdits. Ce n’est pas le cas du Japon où le takarakuji (宝くじ) a le vent en poupe. Après avoir décrit les particularités nippones de cette loterie, on va s’intéresser à son succès auprès des japonais.

Petite histoire du takarakuji et caractéristiques japonaises

Le mot takarakuji s’écrit généralement en japonais 宝くじ, avec takara (宝) qui signifie “le trésor” et kuji (くじ ou 籤 en kanji) signifiant ici “au sort”. Littéralement, il s’agit ainsi de tirer un gros lot au sort. Son origine ne date pas d’hier puisqu’elle remonterait au XVIIème siècle sous le nom de tomikuji (富くじ “richesse tirée au sort”). Cela se passait uniquement dans les temples à la nouvelle année. Au départ, les gagnant recevaient un omamori (porte bonheur) mais cela a été remplacé peu à peu par de l’argent, rendant rapidement la pratique interdite.

Le takarakuji a donc pendant longtemps été illégal et la pratique se faisait alors en cachette. Ce n’est qu’à partir de 1945 que celle-ci est devenue parfaitement légale et a pris la forme actuelle. Il s’agit tout simplement d’acheter un ticket où un numéro est inscrit dessus. Il n’y a donc pas de choix comme au loto, cela ressemble en fait à la tombola sauf qu’on gagne de l’argent au final. A noter que le loto existe au Japon depuis 1999 mais reste moins populaire que la version traditionnelle “sans choix”.

Billet de takarakuji où la division (7) et le numéro (194531) sont indiqués.
Billet de takarakuji où la division (7) et le numéro (194531) sont indiqués.

Quelques chiffres sur les pratiques des japonais

En 2015, 17,4 millions de français ont joué au moins une fois au loto. Si on prend en compte le fait qu’il faille être majeur pour jouer, cela fait environ 30% d’adultes français. Au pays du soleil levant, les chiffres sont bien plus élevés si on se réfère à un sondage recueillant environ 10 000 participants réalisé en 2013. En effet, 52.6% des sondés disent avoir joué au loto ou au takarakuji au moins une fois dans l’année.

On constate cependant que ce chiffre est en baisse depuis 2010 (54,4%) tout comme la proportion de joueurs réguliers (au moins une fois par mois) qui passe de 13,4% à 11,4%. Les hommes semblent davantage jouer aux jeux de hasard puisque 83,4% d’entre eux disent avoir essayé au moins une fois contre 73,8% de femmes japonaises.

Sources : alsolepalace (histoire), takarakuji-official (sondage)

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur whatsapp
WhatsApp
Partager sur email
Email

Laisser un commentaire

Articles par mois
Derniers messages du forum
poulpi
Inscription au JLPT
Kotoba
鏡餅