Mendôkusai (面倒くさい) : Ouah, c’est chiant…

Il y a de ces jours comme ça où vous avez des choses chiantes à réaliser et que vous n’êtes pas motivé. En japonais, l’adjectif mendôkusai retranscrit bien ce sentiment, regardons donc ça de plus près.

Composition de mendôkusai et variante

Dans mendôkusai (面倒臭い), on retrouve le mot mendô (面倒, “difficultés, ennuis3) auquel on a ajouté le suffixe kusai (臭い). Ce dernier peut signifier “puant” lorsqu’il est employé seul mais ce n’est pas le cas ici, il vient juste renforcer le caractère “ennuyeux/laborieux”. Donc si on vous lance anata, mendôkusai hito da ne (あなた、面倒臭い人だね), cela veut simplement dire “tu es vraiment quelqu’un de relou/ennuyant”. Votre odeur n’a rien à voir, ne vous inquiétez pas ! 🙂

Par ailleurs, vous pourrez le retrouver écrit en hiragana めんどくさい (mendokusai) avec donc la disparition de l’accent sur le o. Le sens reste le même, c’est simplement qu’à l’oral, il arrive fréquemment que le o perde son accentuation. C’est également le cas de hontô qui devient honto ou de sayônara qui devient sayonara. A l’écrit, utilisez l’accent de préférence sauf si l’atmosphère est plus décontracté, sur facebook ou avec des amis par exemple.

Ouah non, pas ça !! Mendôkusai ce gosse... :S
Ouah non, pas ça !! Mendôkusai ce gosse… :S

Ce qui est “chiant” pour les japonais

Si vous êtes quelqu’un qui vous plaignez tout le temps et qui rechignez à faire la moindre tâche, on pourra vous classez dans les mendôkusagariya (面倒くさがり屋). Au Japon, ils sont plutôt “nombreux” même si tout est relatif : selon un sondage réalisé en 2010 sur internet recueillant 13 802 votants, ils sont 74,8% à s’estimer de la sorte. Ce qui est intéressant, c’est que le chiffre baisse en fonction de l’âge (40% des 18-30 ans s’estiment “très mendôkusagariya” contre 11,9% pour les plus de 60 ans). Comme si on finissait par accepter avec les années passés que la vie n’est pas un long fleuve tranquille.

Chose amusante pour finir : lorsqu’on demande aux participants à quelle personne ils pensent le plus en utilisant mendôkusai, 31,1% des femmes pointent leur mari et 19,9% des hommes pointent leur femme. Les hommes japonais seraient-ils donc davantage chiants que leur congénère ?

Sources : detail.chiebukuro (question d’un japonais sur le mot), dims.ne.jp (sondage)