Pêpâ Doraibâ (ペーパードライバー) : je peux conduire sur le papier mais…

Dans la série des 和製英語 (wasei eigo “mot anglais fabriqué au Japon”) impossibles à deviner, j’en ai trouvé un particulièrement vicieux : ペーパードライバー (pêpâ doraibâ). Mélange de “paper” et de “driver“, seule une personne native américaine sur 174 aurait trouvé son sens selon une étude de la blogueuse américaine Annechan521. Et ce même en donnant quelques indications de contexte !
Mais en plus d’être linguistiquement intéressant, ce terme décrit une réalité pas très connue sur le permis de conduire au Japon.

Formation du mot pêpâ doraibâ et réalité qu’il décrit

La première fois que j’ai lu le mot ペーパードライバー, j’ai pensé au papier et au tournevis. En effet, il se trouve qu’en japonais, ドライバー employé seul fait davantage référence au tournevis (screwdriver) qu’au conducteur (car driver). Mais bon, “tournevis en papier”, ça ne collait pas vraiment. Toutefois, même en apprenant que ce sont les “papiers du conducteur”, on ne peut faire le lien qu’avec le permis de conduire. On se rapproche certes du but mais ce n’est pas encore ça. Admirez cette phrase japonaise : ペーパードライバーなので、ちょっと車を運転するのが怖いです。 (pêpâ doraibâ na node, chotto kuruma wo unten suru no ga kowai desu).

Si vous n’êtes pas encore à l’aise en japonais, voici une traduction en français : vu que je suis paper driver, j’ai un peu peur de conduire une voiture. Bref, notre expression du jour décrit quelqu’un qui a le permis mais qui ne conduit pas ou très très peu. Apparemment, on aurait choisi dés le départ paper pour son sens “sur le papier (ce qui ne correspond pas forcément à la réalité)” et en anglais, ça pourrait donner”driver on paper only“. Enfin quoi qu’il en soit, l’expression japonaise pêpâ doraibâ est très populaire pour une raison toute simple : ce type de conducteur est loin d’être rare au Japon.

Le sticker à droite indique un danger potentiel. ^^

Selon une enquête réalisée sur internet en 2017, 36,6% des 500 femmes japonaises interrogées seraient dans ce cas contre 20,2% pour les hommes. C’est très difficile après d’invoquer une raison dominante : cela peut être la peur de reconduire après de longues années, le fait que l’on ait obtenu le permis juste pour son statut (c’est plus crédible lors de la recherche d’emploi par exemple), un déménagement vers la ville… Depuis les années 2000 toutefois, une tendance semble se dégager, celle économique où les jeunes délaissent la voiture au profit de moyens de locomotions moins coûteux (vélos…). On appelle cela 若者の車離れ (wakamono no kurumabanare) et ça pourrait presque faire l’objet d’un article. ^^

Sources : News.mynavi (enquête de 2017), Ja.Wikipedia (généralités)

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur whatsapp
WhatsApp
Partager sur email
Email

Laisser un commentaire

Articles par mois
Derniers messages du forum