Ongaku (音楽) : la musique, c’est forcément plaisant ?

La musique, on arrive en général à la reconnaître quand on nous la fait écouter. Alors bien sûr il existe des divergences d’opinions comme la grande question un tantinet provocatrice “est-ce que le rap, c’est de la musique ?”. 😀
Le Larousse décrit en tout cas cela comme un “art qui permet à l’homme de s’exprimer par l’intermédiaire des sons”. Si on enlève le mot “art”, le rap est donc bien de la musique ! Je charrie je charrie, désolé… :S

En japonais, c’est le mot 音楽 (ongaku) que l’on emploie en général comme traduction pour musique. Est-ce pour autant la même chose ?

Origine du mot ongaku et définition actuelle

音楽 est composé du kanji 音 (oto/on) signifiant “bruit/son” et du kanji 楽 voulant dire “agréable/plaisant”. On avait vu à ce sujet l’adjectif 楽しい (tanoshii). On pourrait donc penser qu’étymologiquement, ongaku signifie “son agréable” et que par extension, la musique se doit d’être plaisante pour les japonais. Toutefois, si on consulte un dictionnaire japonais, on tombe souvent sur la définition 音による芸術 (oto ni yoru geijutsu). C’est à dire “art qui est basé sur les sons“. Comme pour le Larousse, on retrouve ainsi cette notion d’art. Mais alors pourquoi avoir choisi un kanji non neutre comme 楽 ? Car on aurait pu opter pour 学 (gaku “étude de…”) et obtenir le mot 音学. C’est en effet le cas pour 文学 (bungaku “étude des lettres = littératures”) ou encore 数学 (sûgaku “étude des chiffres = mathématiques”).

En réalité, le kanji 楽 ne signifie pas “plaisant/agréable” à l’origine mais “instrument de musique”. C’est pourquoi ongaku désignait principalement la musique provenant des instruments de musique. Ce qui correspond aujourd’hui à 器楽 (kigaku “musique instrumentale”). Et cette musique en particulier était plutôt destinée aux dieux (instruments à percussion principalement). Pour celle plutôt populaire, il existait par exemple le mot 管弦 (kangen). Et jusqu’au début de l’ère Meiji (1868-1912), on considérait alors encore que ongaku était forcément quelque chose de noble. Cela renvoyait ainsi souvent à la musique de cour, 雅楽 (gagaku).

De nos jours, avec la traduction notamment, ongaku est quasiment identique au mot musique sémantiquement. Bien que le kanji 楽 fasse surtout penser de nos jours à la notion de plaisir, cela ne pose pas vraiment problème. Car peut-on considérer qu’une suite de son n’évoquant rien d’agréable corresponde à de la musique ? C’est ce dont j’ai choisi de parler dans le podcast du jour avec un extrait de l’émission La Conversation Scientifique animée par Etienne Klein avec comme intervenant Gilles Dowek.

Sources : plaza.rakuten (évolution du mot ongaku), kitashirakawa (à propos du kanji 楽)