Kayu (粥) : du riz cuit devenu de la bouillie

Lorsqu’on fait cuire du riz dans un volume d’eau important, celui-ci a tendance à ressembler à de la bouillie. On peut employer dans ce cas le mot plus “noble” de congee qui vient de l’anglais. Je me suis amusé à écouter sa prononciation sur forvo.com et j’ai l’impression d’entendre kanji. C’est à force probablement de faire trop de japonais ! 〠_〠
Dans cette langue justement, on l’appelle kayu (粥) ou plus familièrement okayu (お粥). Que désignait-il vraiment à l’origine ?

Origine du mot kayu et évolution jusqu’à aujourd’hui

Kayu est un mot très ancien dont la première trace écrite remonterait au VIIIe siècle selon le Nihon Kokuho Daijiten. Ce dernier donne comme définition “riz ou millet qu’on a cuit en ajoutant de l’eau”. S’il ne précise pas “avec une grande quantité d’eau”, c’est parce qu’à l’époque, il désignait le riz cuit de manière générale. Ainsi lorsqu’on voulait être plus précis, on employait 汁粥 (shirukayu “soupe de riz”) pour la bouillie de riz et 堅粥 (katakayu) pour le riz “dur” (katai) comme un… caillou. Avouez que le jeu de mot kayu/caillou était trop tentant. (゚д゚;)

Enfin je reprends mon sérieux puisque le kanji 堅 est plus proche de “ferme/solide” , c’est plutôt 硬 pour le caillou dur (硬い石 katai ishi). En parlant de kanji justement, 粥 serait la forme simplifiée de 鬻 qui représenterait du riz (米 kome) bien protégé entre deux rebords (弓) dans une marmite (鬲). Ce qui donne le sens “riz cuit” sous entendu “à l’eau” car on faisait en sorte avec les rebords que ça ne déborde pas. Pour l’anecdote, avant de cuir le riz directement dans l’eau, on pratiquait autrefois une cuisson à l’étuvée dans une sorte chaudron prévu appelé koshiki (甑). Ce riz pour le coup assez dur s’appelait kowaii (強飯 “riz tenace”) et plus simplement ii/ihi (飯).

Ainsi, l’opposition “riz dur cuit à l’étuvé/peu d’eau” (飯 ii) et “riz mou cuit dans de l’eau” (粥 kayu) existait déjà au IXe siècle. C’est pourquoi de nos jours où la cuisson à l’étuvée n’existe plus, ご飯 (gohan) qui est le “riz classique” s’oppose à okayu (お粥) qui ne désigne plus que le porridge. Au Japon, comme on il est considéré meilleur pour la digestion, on le réserve en principe aux personnes affaiblies et malades. C’est assez fade et pour donner du goût, il n’est pas rare qu’on ajoute une 梅干し (umeboshi “prune séchée”).

Autre source : fleapedia (description de sa consommation au Japon)

Laisser un commentaire

Derniers messages du forum
Kotoba
こんにちは
Kotoba
気触れる