Katte (勝手) : quand la liberté réside dans la cuisine

Ce titre d’article qui peut paraître pour le moins mystérieux ou encore fushigi comme dirait l’autre n’est pas dénué de sens. Habituellement employé comme adverbe avec la signification de “arbitrairement, sans permission”, katte (勝手) désigne également la cuisine. Qu’est ce que ça veut dire ?

Origine et évolution du mot katte

勝手 est composé du kanji de la victoire 勝 et du kanji de la main 手. Ce mot est originaire du kyûdô (弓道), c’est à dire le tir à l’arc japonais. Lorsqu’on brandit une flèche, la main gauche qui maintient l’arc se nomme oshite (押し手 “main qui pousse”) et la main droite qui a une certaine liberté de mouvement s’appelle katte (勝手). Par extension, ce dernier mot a pris le sens de “librement, selon ses envies personnelles”. Par exemple, katte ni kimeru (勝手に決める) veut dire “décider arbitrairement (sans demander l’avis des autres)”.

Et la cuisine, qu’est ce qu’elle vient faire là dedans ? Et bien autrefois, c’était le seul lieu où les femmes japonaises possédaient un semblant de liberté, les hommes n’y mettant en général pas les pieds. Bien qu’on n’utilise plus beaucoup le mot okatte (お勝手) mais plutôt daidokoro (台所) pour la cuisine, l’entrée de service qui se trouve à l’arrière des maisons japonaises continue à porter le nom de katteguchi (勝手口). Car celle-ci est située traditionnellement dans ce même lieu de liberté féminine, d’où son nom.

Voici une katteguchi, entrée située à l'arrière de la maison et qui est reliée à la cuisine
Voici une katteguchi, entrée située à l’arrière de la maison et qui est reliée à la cuisine

Exemples de phrases avec katte dans la vie quotidienne

Notre mot du jour est très employé au Japon aujourd’hui surtout dans sa forme adverbiale. Quand on désire qu’un invité prenne ses aises, on pourra lui dire katte ni meshiagare (勝手に召し上がれ) “servez vous vous même (selon votre envie)”. Mais il a souvent une connotation négative car il contient une nuance d’égoïsme, chose difficilement acceptée au pays du soleil levant. Jibun katte na hito (自分勝手な人) : une personne égoïste (qui agit principalement selon ses envies).

Si après âpres discussions sur un projet commun on vous dit katte ni sureba ? (勝手にすれば?), ce n’est pas bon signe. Il faudra en effet interpréter cette suggestion comme ceci :  “j’abandonne, fais comme tu l’entends selon tes caprices”. Inutile de vous dire que votre interlocuteur est plutôt agacé à ce moment là… 😀

Sources : detail.chiebukuro (origine du mot), kotobank (dictionnaire en japonais)

 

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur whatsapp
WhatsApp
Partager sur email
Email

3 réponses

  1. Bonjour, votre travail est vraiment bien et d’un niveau très au dessus de mes connaissances…
    cependant j’ai noté ici ou là qques erreurs de frappes et du coup sur l’exemple :katte ni sureba?
    Je m’intéroge sur la présence du point d’interrogation…alors que vous traduisez ce bout de phrase plutôt comme une interjection …
    Pourriez-vous vous éclairer ce point ?

    1. Bonjour,

      Merci pour votre commentaire. Alors en fait, la phrase “katte ni sureba ?” est une fausse question dans la situation en question. Littéralement, cela donne en fait “et si tu faisais comme t’en as envie ?”. Ce qui s’interprète en général comme “fais comme tu veux vu que tu n’en fais qu’à ta tête !”.
      Cela dit, on peut aussi mettre un point d’exclamation, cela dépend de l’intonation. Katte ni sureba ! Katte ni shinasai ! = Fais comme tu veux (ne t’occupes plus de moi) !

      Mais c’est intéressant parce qu’apparemment, certains japonais ne comprennent pas que c’est ironique et prennent la phrase au pied de la lettre et pensent donc “ah enfin, je peux donner mon avis ! https://detail.chiebukuro.yahoo.co.jp/qa/question_detail/q14106225169
      Bon ça doit être assez rare cela dit… ^^

Laisser un commentaire

Articles par mois
Derniers messages du forum