En français, le mot foyer est dans son sens étymologique le lieu où l’on fait le feu et par extension celui où habite la famille. Il peut également décrire la famille elle-même. Lorsqu’on dit “fonder un foyer”, on pense en effet à la notion de famille en général. En japonais, le mot katei (家庭) lui ressemble sur ces deux points. En quoi se caractérise t-il ?

Définition du mot katei et emploi en contextes

Katei s’écrit en kanji 家庭 où 家 renvoie ici à la famille/maison (voir le mot ie) et 庭 à la cour/jardin. Il vient en fait renforcer la notion de lieu.Si on regarde dans un dictionnaire japonais, on trouve la définition suivante :

  • Petit groupe de personnes partageant des liens étroits (de sang ou autre) et qui vivent ensemble ; le lieu où elles vivent.

On peut donc y voir des similitudes avec le mot kazoku (家族) qui est très proche de “famille” mais katei vient ajouter une nuance, celle du lieu. C’est pourquoi à l’usage on fait davantage référence au foyer où à l’ambiance familiale plutôt qu’à la famille en elle même.

Voici quelques exemples assez parlant permettant de comprendre :

Katei de tsukutta hamu (家庭で作ったハム) : du jambon maison. A noter que lorsqu’on veut simplement préciser “fait maison”, on a recours au terme plus parlant de jikasei (自家製).

Katei kyôshi (家庭教師) : professeur qui donne des leçons à domicile. On voit bien ici que la notion de lieu prédomine avec l’image d’un professeur qui va de maisons en maisons.

Katei yô suihanki (家庭用炊飯器) : un cuiseur de riz à usage domestique. Là encore, on pense à un appareil qui convient à un foyer ou une maison classique.

Je conclus avec une expression paraissant ambiguë : akarui katei wo tsukuru (明るい家庭を作る). Akarui a plusieurs sens dont celui de “éclairé/lumineux” et “gai/joyeux”. Dans notre exemple, c’est le deuxième qui domine. D’où une traduction possible de “fonder une famille joyeuse (avec une bonne ambiance).

Sources : mainichi.jp (explications linguistiques), kotobank (dictionnaire en japonais)

Guilhem Walter

Rédacteur du site kotoba.fr, je vis au Japon depuis juillet 2012 et je m’intéresse de près à la langue japonaise et la culture à laquelle elle fait partie.