Suihanki (炊飯器) : le cuiseur de riz, cet ustensile indispensable

Il existe des objets de la vie quotidienne dont il est impossible pour nous de se passer : le frigo, le micro-onde… Si vous voulez vivre au Japon, il faudra en ajouter un : le cuiseur de riz ou encore “cocotte à riz”, communément appelée suihanki (炊飯器). Après une description de l’histoire de cet ustensile, intéressons nous à son utilisation actuelle.

Petite histoire de la suihanki et vocabulaire associé

Suihanki s’écrit en kanji 炊飯器 où 器 signifie “l’appareil”, 飯 le “riz (cuit)” et 炊 “cuire”. Littéralement, cela donne ainsi “appareil qui cuit le riz”. Etant donné qu’aujourd’hui toutes les cuiseurs japonais sont électriques, il n’est plus nécessaire d’y apposer le mot denki (電気 “électrique”). Il arrivera cela dit que vous tombiez sur le mot denki suihanki (電気炊飯器) par opposition au cuiseur à gaz gasu suihanki (ガス炊飯器).

C’est en 1955 que Toshiba a commercialisé la première cocotte à riz électrique automatique. Avec en plus déjà la possibilité de programmer l’heure de cuisson ! A l’époque, c’était une révolution : pouvoir manger du riz tout juste cuit le matin en se levant, le rêve ! Celles-ci portaient le nom de jidôshiki denkigama (自動式電気釜) “marmite à riz électrique automatique”.

Mais ils leur manquaient encore une fonction indispensable : la conservation de la température ho.on (保温). Car le riz refroidissant assez rapidement, il ne fallait pas perdre de temps si on voulait le manger chaud. Heureusement, une dizaine d’années plus tard, par l’intermédiaire notamment de Mitsubishi, ce problème fut résolu. Le Japon était sauvé ! 😀

une des premières riseuses avec comme seuls boutons on (入) et off (切).
Une des premières riseuses avec comme seuls boutons on (入) et off (切).

Utilisation de la suihanki de nos jours

Aujourd’hui, nos auto-cuiseurs ont subit quelques modifications allant de la miniaturisation et à l’ajout de quelques fonctions sympas comme la possibilité de “cuire rapidement”, hayataki (早炊き). Pas d’innovations majeures toutefois. Par contre, on peut constater que son usage s’est vraiment diversifié : il ne se limite plus au riz !

Et oui, les japonais n’ayant pas de four pour la plupart par manque de place, il fallait bien trouver un moyen pour préparer des gâteaux. On peut en faire avec le micro onde certes mais cela reste assez limité. Avec la suihanki, à vous les joies du gâteau yaourt, de la brioche ou même du gâteau au chocolat !

exemple de gâteaux cuits dans une suihanki. Pas très gros d'accord, mais c'est pas mal non ?
Exemples de gâteaux cuits dans une suihanki. Pas très gros d’accord, mais c’est pas mal non ?

Et cela ne se limite pas aux patisseries vu que certains vont même jusqu’à cuire du poulet, du poisson… La seule limite semble être l’imagination. Par ailleurs, les ventes de suihanki se maintiennent car c’est le produit électroménager le plus importé dans les pays d’Asie dont la Chine. On comprend pourquoi ! 🙂

Sources : ja.wikipedia (histoire), cookpad.com (exemples de recettes)

2 réponses

Laisser un commentaire

Derniers messages du forum