Kappa (合羽) : une cape en laine devenue imperméable

Aujourd’hui, ce n’est pas d’une créature mystique dont nous allons parler mais d’un vêtement bien utile dans un pays pluvieux comme le Japon. Car les parapluies c’est bien (voir mot kasa) mais lorsqu’on roule en bicyclette par exemple, il vaut mieux porter un kappa (合羽) ! Quelle est l’origine de ce mot et à quoi fait-il référence aujourd’hui ?

Origine du mot kappa et glissement sémantique

Kappa vient de directement du portugais capa et possède donc une écriture en katakana カッパ. Néanmoins, afin de ne pas faire la confusion avec le yôkai (妖怪 “monstre imaginaire”) du même nom, on l’écrit souvent en kanji 合羽. Littéralement, cela peut se traduire par “ailes rassemblées”. Pourquoi des ailes ? Et bien parce que les kappa ressemblaient autrefois à des capes sans manche rappelant les ailes d’un oiseau.

Les premières à avoir vu le jour au Japon dateraient du 16ème siècle quand les portugais ont déposé le pied sur le continent. A l’époque, elles étaient fabriquées principalement en laine. On s’en servait donc surtout contre le froid mais cela pouvait également faire l’affaire en temps de pluie. Il faut attendre la fin du 19ème siècle pour que le kappa soit relayé au rang d’imperméable contre la pluie. En effet, c’est durant cette période que le terme manto (マント) toujours du portugais manto a commencé à désigner les “capes épaisses contre le froid“.

Un “manto” sur la gauche et un kappa d’aujourd’hui sur la droite.

Ce terme est d’ailleurs encore employé aujourd’hui, les japonais portant parfois des capes durant les cérémonies (à l’école notamment). C’est devenu toutefois assez rare. Attention quand même à ne pas le traduire par “manteau”, c’est un faux ami ! Mais revenons à notre kappa : désormais, elle fait référence à un imperméable qui recouvre tout le corps. Son sens est très large et on l’utilise également pour les imperméables avec manches et même ceux à deux pièces. On a au final totalement perdu le sens premier de “cape”. Si vous ne me croyez pas, essayez de voler avec pour voir… 😀

Sources : gogen-allguide (étymologie), detail.chiebukuro (explications sur les kanjis)