Jikka (実家) : la maison familiale de la “famille véritable”

En me rendant hier visité plusieurs appartements, je me suis remémoré un terme japonais bien étrange et pourtant très couramment employé : 実家 (jikka). Littéralement “vraie famille/maison”, je me suis rendu compte qu’il pouvait avoir diverses interprétations. Je vais les exposer ici après une analyse des kanjis tout en rappelant son sens originel. Vous allez voir, c’est au final assez complexe… 😀

Origine du mot jikka et différentes interprétations possibles

実家 s’écrit avec deux kanjis dont le deuxième possède deux principales interprétations. Selon mon dictionnaire et d’autres sources trouvées sur le net, ce terme s’employait au départ pour décrire la famille (biologique) du côté de la femme mariée ou du gendre adopté (婿養子 mukoyôshi). Donc selon l’ancienne constitution , il fallait être forcément marié pour parler de jikka qui s’opposait au 婚家 (konka “famille du mari”). Ainsi, 実 “vrai/véritable” fait référence aux liens du sang véritables et 家 à la famille. Jusque là, pas de soucis.

Sauf que depuis 1947, cette ancienne constitution a été abolie. Et le système familial japonais a bien évolué, il est devenu par exemple beaucoup plus courant pour une femme ou un homme de quitter la maison familiale pour s’installer en ville (exode rurale). Comme le kanji 家 (voir article ie) peut aussi signifier “maison”, il n’est donc pas rare aujourd’hui qu’on interprète jikka comme “maison familiale“. Par exemple, même si certains Japonais ne sont apparemment pas d’accord, il est courant qu’un célibataire dise 実家に帰る (jikka ni kaeru) avec alors comme sens “je rentre dans la maison familiale”. Lorsque les parents décident de déménager, il est fréquent aussi d’entendre 実家がなくなった (jikka ga nakunatta). Et cela s’interprète comme “je n’ai plus de maison d’enfance” et non “j’ai perdu mes parents”.

Le mythe de la maison familiale chaleureuse où il fait bon de rentrer ! ^^

On peut noter aussi qu’il y a l’aspect social qui rentre en jeu. Etant donné que le déménagement était quelque chose d’assez rare au Japon jusqu’à ces dernières années, on l’associe toujours au divorce. Donc afin d’éviter toute suspicion, il arrive qu’on emploie jikka même quand ça ne correspond pas à sa maison d’enfance. Mais comme déménager est devenu banal, je pense que l’interprétation la plus courante aujourd’hui pour jikka est tout simplement “maison des parents“.

Sources : komachi.yomiuri, detail.chiebukuro (débats en japonais sur le mot jikka)

Une réponse

Laisser un commentaire

Derniers messages du forum