Le japonais dans tous les sens

Hôchô (包丁) : le cuisinier personnifié par son couteau

 

En France, lorsqu’on fait la cuisine ou qu’on mange, on utilise un couteau pour couper les aliments. On a le couteau de cuisine, le couteau à pain, le couteau à dessert, le couteau à beurre… Sauf rares cas, on retrouve à chaque fois ce mot “couteau”. Au Japon, la logique n’est pas la même puisque jusqu’à récemment, l’usage du couteau était réservé quasi exclusivement à la cuisine (préparation). Et celui-ci est désigné par un mot bien précis, hôchô (包丁). Quelle est son étymologie et comment a t-il évolué ?

Étymologie du mot hôchô et forme actuelle

Hôchô s’écrit en kanjis 包丁 et pour comprendre pourquoi ils renvoient aujourd’hui au couteau de cuisine, il va falloir revenir en arrière. Première chose : l’usage du kanji 包 pour ce mot est récent (1981), c’est une simplification de 庖. Tout comme on l’avait vu avec le mot zazen (坐禅 devenu 座禅), il s’agit une application directe de la réforme des jôyô kanji. Dans le cas de hôchô, cela ne veut quasiment plus rien dire parce qu’on passe de “cuisine” (庖) à “emballer/empaqueter” (包). Il y a bien sûr un lien entre ces deux kanjis parce que la cuisine (daidokoro) correspondait entre autre au lieu où on empaquetait la viande.

Le second kanji 丁 signifie ici “homme (masculin) chargé de”. On retrouve notamment ce sens dans le mot entei (園丁 “homme chargé du jardin = jardinier”). Ainsi, notre 庖丁 désignait au départ le cuisinier (homme). Pour le couteau, on employait plutôt jusqu’au 13ème siècle le mot 刀子 “lame petite” qui se lisait katana. Car oui, à l’époque, le couteau de cuisine était très long et ne se distinguait du katana que par une taille légèrement plus petite. C’est vraiment à partir du 14ème siècle qu’il a pris une forme particulière pour s’appeler hôchôgatana (庖丁刀) “la lame du cuisinier”. Et aux alentours du 17-18ème siècle, le mot s’est contracté en 庖丁. Pour les cuisiniers, on employait alors ryôrinin (料理人).

Les différentes formes du hôchô à travers le temps à gauche et version actuelle à droite.

La forme actuelle la plus répandue du hôchô au Japon est une adaptation à la cuisine occidentale. C’est en effet vers la fin du 19ème siècle qu’on a commencé à importer de plus en plus de bœufs. Comme cette viande n’était pas très consommé jusqu’alors au Japon, il n’existait pas de couteau adapté pour la couper. C’est de ce constat qu’est né le fameux santokuhôchô (三徳包丁) qui est un véritable tout en un. Il permet en effet de couper à la fois la viande, le poisson, les légumes… Aujourd’hui, il est vraiment indispensable chez les japonais, 98% des foyers en possédant au moins un. Ne vous avisez donc pas à faire la cuisine avec un couteau classique naifu (ナイフ), on vous regardera avec des yeux ronds ! 😀

Sources : Gogen-allguide (étymologie), b-desse.jp (sondage sur les hôchô au Japon)

7 réponses

    1. Oui ça je n’en ai pas parlé mais il y a un gros soucis au niveau des notifications et j’en ai parlé avec le développeur.
      Moi pour ma part, je n’ai pas reçu de notification et j’imagine que c’est pareil pour les utilisateurs de l’application qui vivent au Japon.

      J’espère que le soucis sera rapidement résolu car c’était déjà embêtant les notifications en double, en triple ça devient assez problématique. 🙁

  1. Salut Guilhem ! Je peux te demander pourquoi 刀子 se lit かたな ? Je pensais savoir que 刀 avait une lecture kun’ かたな et une lecture on’ トウ comme dans 帯刀, ce qui ferait plus トウコ.. mais je sais aussi que かたな est un kanji qui a plein de lectures différentes et du coup je suis perdu ><

    1. Alors dans le texte, je n’ai pas écrit “se lit” mais “se lisait”.
      En gros, c’est assez fréquent en japonais (et c’était surtout le cas autrefois) qu’un même mot à l’oral puisse avoir plusieurs graphies.
      Et donc katana pouvait être transcrit simplement 刀 ou bien 刀子. Il faut savoir après que ce suffixe 子 a un sens assez “faible” puisqu’il permet en général de désigner un petit objet ou encore un objet familier. C’est le cas dans bôshi (帽子 chapeau) et isu (椅子 chaise). C’est pour ça qu’au départ, même à l’écrit, 刀 et 刀子 étaient quasi synonymes. Après l’article que j’ai lu sur le sujet manquait un peu de nuances sans doute (Wikipedia) mais le 刀子 ne servait pas que pour la cuisine, c’était encore flou à l’époque. La seule chose que l’on peut dire, c’est qu’il n’y avait pas un couteau prévu uniquement pour la cuisine comme c’est le cas aujourd’hui avec hôchô.

      Bref, avec les années, le 刀 et le 刀子 se sont apparemment différenciés et on aurait fini par prononcer ce dernier tôsu (とうす). Donc oui, aujourd’hui, on ne lirait pas 刀子 “katana”, j’aurais du le préciser je pense ^^.

      1. Ok merci pour la précision et effectivement とうす est aussi plus logique que ce que j’avais écrit précédemment… Rassure toi ce n’est vraiment pas ton article qui manquait de précision mais plutôt moi qui cherche la petite bête comme j’essaie de tout comprendre lorsque tu écris un article ! A demain !

    1. Comme pour la plupart des kanjis, 丁 est polysémique. De plus, quand on étudie un kanji en général (livre kanji to kana par exemple), on nous donne les sens “principaux” parce que parfois, c’est vraiment trop long. Concernant 丁 en particulier, il peut vouloir dire “rue” ou plus précisément “pâté de maison”, “tranche d’aliment”, “exactitude”, “quatrième”…
      En général, plus un kanji est simple, plus il a de sens différents. C’est le cas aussi de 上 et 下 par exemple ^^.

Laisser un commentaire

Derniers messages du forum
Kotoba
仕草
Kotoba
もしもし!