La métonymie, quelle belle figure de style. Pour ceux et celles qui auraient oublié leurs cours de français, c’est lorsqu’on désigne le contenu par son contenant. Alors bien qu’on appelle ça “figure de style”, c’est le plus souvent en réalité un abus de langage qui finit par se populariser. Boire un verre, ne plus avoir de batterie, une salle qui applaudit… On en emploie tous les jours sans même en avoir conscience !

Aujourd’hui, on va voir le cas japonais 鍋 (nabe) qui est particulièrement fourbe. Parle t-on du contenu ou du contenant ?

Définition du mot nabe et usage actuel

Le kanji 鍋 est composé de la clé du métal à gauche 金 et la partie de droite 咼 représentant apparemment un “trou profond” mais aurait principalement servi à donner la prononciation か (ka). Enfin aujourd’hui, de ce que j’ai pu vérifier, 鍋 ne se prononce plus que nabe. Quoi qu’il en soit, le sens premier de ce kanji correspond bien à un récipient en métal. C’est assez proche du français casserole puisque selon le dictionnaire japonais 明鏡 (Meikyô), on l’emploie pour “cuire à l’eau” 煮炊きする (nitaki suru) et il dispose d’un couvercle (ふた futa) et d’une ou plusieurs poignées (取っ手 totte). Bref, c’est plus profond que la フライパン (furaipan “poêle”) mais moins que la 釜 (kama “marmite/chaudron”). On emploie notamment cette dernière pour le récipient du cuiseur de riz (炊飯器 suihanki).

Bref, notre fameux nabe permet donc principalement de faire de la cuisine à l’eau, c’est à dire du pot-au-feu, des soupes mais surtout des fondues (Sukiyaki ou Shabu-shabu par exemple). Pour ces dernières, c’est assez convivial puisqu’on place le récipient au milieu de la table (qui s’apparente plus à une petite marmite qu’à une casserole) et chacun se sert. En plus, c’est facile à préparer vu qu’il suffit simplement de réunir les ingrédients et le tour est joué. Ces différentes fondues sont tellement populaires en hiver qu’elles ont fini par devenir une catégorie à part entière qu’on appelle 鍋物 (nabemono “choses à la marmite”) ou 鍋料理 (nabe ryôricuisine à la marmite”).

Photo prise depuis un livre de photos pour enfants. Bien qu’on utilise le même récipient pour le おでん (oden “pot au feu”), le plat なべ  renvoie surtout à la fondue.

Sauf que comme vous pouvez le voir sur la photo du dessus, les japonais ont eu l’excellente idée de raccourcir ça en nabe. L’usage des hiraganas なべ n’est pas spécifique au plat de cuisine, c’est juste que c’est un livre pour enfants tout en hiragana. 今夜は鍋にしよう。(konya ha nabe ni shiyô.) : faisons une fondue ce soir.
Ils sont bien curieux ces japonais tout de même, comme si nous français, on mangeait directement les plats de cuisine… ^^

Sources : okjiten (origine du kanji 鍋), Kotobank (dictionnaires japonais)

Guilhem Walter

Rédacteur du site kotoba.fr, je vis au Japon depuis juillet 2012 et je m’intéresse de près à la langue japonaise et la culture dont elle fait partie.