Zazen (坐禅) : quand la méditation se fait assis

On peut dire que le bouddhisme à la côte en Occident ces dernières années et c’est le plus naturellement du monde que le mot zazen (坐禅) est apparu dans les dictionnaires français. Le Larousse indique que cela renvoie à “méditer en position assise” et que c’est un “type de zen pratiqué par la secte (sans connotation négative) japonaise soto”. Comment cette pratique est-elle réalisée aujourd’hui au Japon ?

Analyse du mot zazen et concept au Japon

Zazen peut s’écrire aujourd’hui de deux façons en kanji : 座禅 et 坐禅. On va commencer par zen 禅 qui renvoie à la fois au courant zen et à l’idée de méditation/contemplation (meisô 瞑想). A noter qu’on ne l’emploie pas seul comme en français avec le sens de “détendu”. Si vous dites à un japonais un peu stressé “zen, zen !”, il vous regardera sans doute bizarrement ! :D. Pour le za, c’est un peu plus compliqué. Les puristes vous diront qu’officiellement, il faut utiliser le kanji 坐. Tout simplement parce qu’il indique la posture assise alors que 座 se rapporte plutôt au lieu où l’on s’assoit. De plus, le bouddha Shakyamuni aurait pratiqué la méditation sans toit, d’où une préférence pour 坐 débarrassé du toit 广.

En réalité, si on utilise davantage l’écriture 座禅 aujourd’hui, c’est pour une question de simplification. En effet, 座 fait partie de la liste des jôyô kanji qui ont été décrétés d’usage commun alors que 坐 non. Ainsi, le verbe suwaru (s’asseoir) ne s’écrit plus en principe 坐る mais 座る. Ce choix de simplifier l’écriture de la langue peut paraître dommageable mais il aussi des bons côtés. Il n’est en effet plus nécessaire de connaître 5000 kanjis pour lire un journal, 2000 suffisent ! 🙂

Au Japon, on assiste également à un regain pour le bouddhisme et certains organismes proposent des voyages d’initiations au zazen. Le but n’est pas de renouer avec la religion mais simplement de “fortifier son esprit” (seishin tanren 精神鍛錬). On est alors entouré de moines ayant pour rôle de donner des consignes sur la posture, la respiration, l’attitude de l’esprit… Durant la méditation, on essaie généralement de ressentir pleinement ce qui nous entoure en faisant l’abstraction de soit.

Sources : puninokai.com (à propos de l’écriture), ja.wikipedia (à propos de la pratique au Japon)

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur whatsapp
WhatsApp
Partager sur email
Email

4 réponses

    1. Oui, j’ai lu ça sur un site japonais mais je n’ai pas pu trouver de données précises.
      Mais ça semble crédible dans le sens où les études sur le cerveau et la méditation affluent depuis le début des années 60. Et on a pu mesurer des effets bien réels aujourd’hui qui montreraient qu’elle est bénéfique. Donc je pense que ces études ont eu une influence (d’ailleurs, les sites japonais sur le zazen en font souvent référence) tout comme l’Occident. Car chez nous, la méditation est souvent vu comme un moyen pour déstresser et j’imagine que cette idée a fait également son chemin au pays du soleil levant.

  1. En chinois, 坐 est resté, il est l’équivalent japonais de 座る et de 乗る!乗 veut aussi dire prendre un transport mais bien plus formel que 坐。
    座 quand à lui est similaire au japonais car cela veut dire siège, mais ne peut pas signifier s’asseoir

    1. Oui, c’est intéressant de voir qu’en japonais, c’est finalement 座 qui s’est imposé. Après, je ne sais pas comment ils ont tranché lors de la réforme de 1981 où ils ont décidé des 1945 kanjis d’usage commun. J’imagine qu’il y a plusieurs critères comme la fréquence d’utilisation, etc. Pour le siège/place, il y a le kanji 席 (seki) en japonais. Je vois qu’en chinois aussi, il a ce sens. Quelle différence avec 座 alors ? ^^

Laisser un commentaire

Articles par mois
Derniers messages du forum