Hashigo (梯子) : l’échelle, ce pont vertical

Dans son sens concret, l’échelle correspond à un dispositif permettant de monter et descendre. C’est aussi le cas des escaliers, c’est d’ailleurs ce qui explique que ces deux mots ont une étymologie commune (latin scala). Mais à la différence de l’escalier, on utilise aussi ses mains pour s’accrocher à ses barreaux caractéristiques.
En japonais, c’est hashigo (梯子) qui correspond le mieux à ce sens d’échelle. On va voir cependant que son origine diffère quelque peu !

Etymologie de hashigo et usage actuel du mot

Hashigo s’écrit en japonais 梯子 où 梯 décrit à lui seul le concept de l’échelle. En effet, la clé 木 à gauche indique que c’est en bois et 弟 (otôto) signifie “petit frère”. Pourquoi le petit frère ? Et bien selon plusieurs sources que j’ai consultées, c’est parce qu’étant considéré comme “petit” (en taille et probablement en rang aussi), il  suggère donc qu’on monte sur l’échelle depuis une faible hauteur. Par ailleurs, le suffixe 子 n’est là que pour rappeler qu’il s’agit d’un objet familier. C’est la même logique que pour bôshi (帽子 “chapeau”) et isu (椅子 “chaise”).

Mais revenons sur la prononciation hashi. Celle-ci correspond également au kanji 橋 signifiant “pont”. Ce ne serait pas un hasard puisque dans les deux cas, il s’agit d’un dispositif permettant de relier deux points relativement éloignés. Hashigo serait ainsi tout simplement un pont vertical. Hashigo wo noboru (梯子を昇る) : monter à une échelle. A noter qu’on ne retrouve pas en japonais le sens de “graduation/échelonnement” (échelle de Richter…) pour hashigo.

On peut aussi dire qu’un pont, c’est une échelle horizontale… ^^

Par contre, le mot a pris une nouvelle dimension ces dernières années avec l’expression hashigozake (梯子酒). Comme le kanji 酒 (alcool) l’indique, elle signifie “faire la tournée des bars“. On a donc l’image de quelqu’un qui monte petit à petit pour finalement s’écrouler par terre. 😀
Cette expression a depuis dépassé son cadre d’origine en se séparant du kanji 酒. Ainsi, hashigo suru (梯子する) signifie “enchaîner des endroits similaires”. Isha wo hashigo suru (医者をはしごする) : aller de médecin en médecin. Evolution amusante, non ? 🙂

Sources : Gogen-allguide (étymologie), kotobank (dictionnaires japonais)

6 réponses

    1. Cette utilisation du kanji de l’enfant comme suffixe m’intéresse pas mal à titre personnel. La meilleure explication que j’ai vu est effectivement la familiarité d’un objet mais je me demande comment on est arrivé là… En autre exemples parlants, il y a okashi (お菓子) et sensu (扇子) pour l’éventail. Il y a sûrement une thèse sur le sujet, faudrait que je fasse quelques recherches… ^^.

  1. merci pour cet article fascinant comme toujours. Cela dit mon amie japonaise me maintient que non, non et re-non, ” byouin wo hashigo suru” ne se dit pas, ”jamais de la vie” (je cite). Peut-être que c’est juste une expression provinciale inconnue à Tokyo ou peut-être tout simplement qu’elle se trompe, ce qui est tout à fait possible. Elle m’assure que ”hashigo suru” ne peut s’employer que pour la consommation d’alcool, même si elle comprend l’idée derrière cette expression. En tout cas merci beaucoup pour ces articles.

    1. Bonjour,

      Alors déjà pour l’exemple que j’ai écrit, il manque probablement de naturel. J’avais en effet trouvé sur le net “医者をはしごする” (isha wo hashigo suru) et j’ai remplacé isha par byôin. Je vais remettre isha du coup (je ne sais plus exactement pourquoi je l’ai remplacé d’ailleurs).

      Maintenant concernant le mot hashigo (suru) en lui même, je pense que c’est faux de dire qu’il se cantonne uniquement à l’alcool. C’était vrai au départ (tournée des bars) mais ça a changé durant ces 10-15 dernières années. Si vous tapez dans google はしご受診 (hashigo jushin) où 受診 = consultation médicale, vous verrez qu’il renvoie a pas mal de résultats. De plus, tous les dictionnaires que j’ai consulté précisent qu’au départ, c’était la contraction de hashigozake (梯子酒) ou encore hashigonomi (はしご飲み) et que ça s’est ensuite élargi à “se rendre dans plusieurs endroits de même type”. En autre exemple, j’ai 映画のはしごをする (映画のはしごをする) “enchaîner les cinémas”.

      Bref, je pense que votre ami a surtout tiqué sur mon exemple qui n’était pas très naturel. Après, l’usage des mots dépend de l’âge de la personne, de son milieu sociaux-culturel, de son sexe et du lieu. Peut être qu’à Tokyo, hashigo est resté cloisonné à l’alcool. Dans tous les cas, cette évolution est récente donc c’est logique qu’elle ne soit pas encore acceptée par tout le monde ^^.

Laisser un commentaire

Derniers messages du forum