Geta (下駄) : Les chaussures traditionnelles en bois japonaises

Si vous connaissez un peu le monde des mangas et notamment kochikame, il est possible que vous ayez déjà aperçu des geta. Ces “sandales surélevées en bois” rappelant un Japon ancien sont encore populaires aujourd’hui. Intéressons nous aux particularités de ces tongs et leur place dans la société japonaise actuelle.

Definition des geta et expressions usuelles

On remonte au au XVIème siècle la première apparition du mot geta (下駄). Jusqu’alors, on utilisait le terme général ashida (足駄) pour désigner les chaussures. Vous aurez remarqués la présence du kanji 駄 à chaque fois qui signifiait à l’origine “supporter les pieds”. Il n’y avait pas vraiment de distinction entre les deux termes.

Depuis le 19ème siècle, les geta sont définies comme des chaussures où le “socle” (dai 台) est percée de trois troues où on y fait passer les hanao (鼻緒). Ces lanières plus ou moins larges sont adaptées aux tabi (足袋), les chaussettes japonaises où le gros orteil est séparé. En dessous du dai, on y trouve des “dents” (ha 歯) qui sont généralement au nombre de deux et qui permettent de surélever la chaussure.

Voici des geta pour les warriors, celles a une dent ippongeta (一本下駄)
Voici des geta pour les warriors, celles a une dent ippongeta (一本下駄)

Dans la langue japonaise, on trouve des expressions usuelles avec nos fameuses chaussures. geta wo azukeru (下駄を預ける) signifie “s’en remettre à quelqu’un, donner carte blanche”. Cela ressemble un peu à yoroshiku mais en plus fort et direct car il s’agit littéralement de “confier ses geta”, ce qui n’est pas rien ! Geta wo hakaseru (下駄を履かせる) signifie “arrondir à la valeur supérieure”, une note par exemple. Ces deux expressions ne sont plus vraiment employées, sachez quand même qu’elles existent.

Les geta aujourd’hui au Japon

Jusque dans le milieu des années 1950, les geta étaient encore majoritaires au Japon. D’ailleurs, la boite où on les rangeait qui s’appelle getabako (下駄箱) s’emploie encore aujourd’hui pour désigner le meuble à l’entrée de chaque maison où on range les chaussures. Signe que nos sandales en bois préférées (qui sont désormais en plastique) sont restées dans le cœur des japonais.

Voici un getabako classique, meuble où on peut mettre n'importe quel type de chaussures.
Voici un getabako classique, meuble où on peut mettre n’importe quel type de chaussures.

Différentes raisons expliquent qu’on ne les porte quasiment plus de nos jours. L’introduction du bitume avec les JO de Tokyo en 1964 a fait qu’elles s’usent beaucoup plus rapidement, elles ont été jugées “dépassée” et non compatibles avec la mode occidentale, etc… Et il faut dire que ce n’est pas évident de courir avec, alors quand on est un salaryman un peu pressé !

Cependant, on peut constater une résurrection de nos geta depuis peu car elles sont décrites comme bonnes pour le dos et les articulations. Certains hommes japonais n’hésitent ainsi pas à les mélanger avec des habits plutôt occidentales. Vous en verrez également lors des matsuri (fête traditionnelle) surtout en été.

Sources : gogen-allguide (étymologie), tadekuu-mushi (histoire récente des chaussures)

Laisser un commentaire

Derniers messages du forum