fushôfuzui (夫唱婦随) : suivre son mari pour le bien du couple ?

Vous vous souvenez des 四字熟語 (yojijukugo) ? Normalement si vous suivez les péripéties du blog Kotoba, vous vous rappelez certainement de Jimmy, le spécialiste dans le domaine. Ces composés de 4 kanjis sont assez pratiques pour résumer de manière simple un concept tout en paraissant savant aux yeux des Japonais. Je n’ai choisi cependant aujourd’hui de vous présenter 夫唱婦随 (fushôfuzui) parce que c’est un yojijukugo mais plutôt parce que ce à quoi il renvoie fait débat de nos jours.

Analyse de l’expression fushôfuzui et débat actuel

Le yojijukugo 夫唱婦随 est assez facile à analyser car il possède la construction classique 2-2 comme 一石二鳥 (isseki nichô). 夫唱 signifiant “le mari (夫) énonce (唱)” et 婦随 “l’épouse (婦) obéit (随)”, on obtient littéralement “l’épouse exécute ce que dit son mari“. Etant donné que cela correspondait à une sorte d’idéal, cela a pris le sens de “couple qui s’entend parfaitement bien“. 昔は喧嘩ばかりしていたけど、今は夫唱婦随の関係ですよ (mukashi ha kenka bakari shite ita kedo, ima ha fushôfuzui no kankei desu yo). “ils n’arrêtaient pas de se disputer autrefois mais maintenant, ils forment un couple qui s’entend à merveille”.

Je trouve que cela passe déjà mieux avec des chats… :p

J’ai pris volontairement cette phrase car elle rend bien le sens étymologique de ce yojijukugo. On se dit inévitablement “elle s’est soumise à son mari donc ils se disputent plus”. Drôle idée du couple idéal ! Je précise que sa création serait chinoise et qu’elle daterait au plus tard du Xe siècle. Bien que cette expression paraisse désuète, on l’emploierait encore le plus souvent avec un sens positif. J’ai aussi pu lire à droite à gauche des avis relativisant son côté machiste en soulevant le fait que c’est important que le mari puisse exercer une certaine autorité. Vous imaginez ensuite la catastrophe si on ose remettre son intégrité en doute ?

Bon moi, étant donné que je suis taquin, je sais comment je vais l’employer avec ma femme. Si jamais elle ose rouspéter, je lui énonce telle une formule magique “on se calme, on se calme. Fushôfuzui !“. Par contre, cela pourrait se retourner contre moi, à l’oral du moins. Je ne sais pas si vous avez été attentif mais 夫 et 婦 ont exactement la même prononciation dans ce yojijukugo. Si on les inverse, on obtient alors 婦唱夫随 soit “le mari exécute ce que dit son épouse”. C’est fourbe et je me demande d’ailleurs si son créateur n’était pas un troll qui avait prévu ce twist 1000 ans à l’avance. :S

Autre source : kokugoryoocup (phrase d’exemple)