Le japonais dans tous les sens

Furikake (ふりかけ) : les condiments secs pour le riz

Contrairement au riz qu’on trouve habituellement en France, le riz japonais peut se manger nature. Mais comme certains esprits rebelles sont apparus, on a inventé le furikake (ふりかけ). Qu’est ce que c’est et que dire de sa popularité actuelle au Japon ?

Histoire et présentation du furikake

Le furikake qui s’écrit la plupart du temps en hiragana ふりかけ vient du verbe furikakeru (振り掛ける). Celui-ci signifie littéralement “secouer et déposer” ce qui donne “répandre” ou encore “saupoudrer”. Il s’agit ainsi d’un condiment séché que l’on dépose principalement sur le riz. Cela peut être tout et n’importe quoi : des algues (nori), des oeufs (tamago), du saumon (sake) ou même du wasabi. Son invention est en fait plutôt récente vu qu’elle date des années 1920.

Mais c’est véritablement dans les années 1960 durant la haute croissance avec le produit noritama (のりたま algue + œufs séchés), que le furikake s’est imposé. Jusque là, on mangeait le riz pratiquement tout le temps nature comme le voulait la tradition. Le furikake est en quelque sorte un luxe, un peu comme notre beurre dans les épinards.

Voici le noritama, mélange tout simple et bon marché d'algues et d'oeufs.
Voici le noritama, mélange tout simple et bon marché d’algues et d’oeufs.

Le furikake aujourd’hui au Japon

Bien des années ont passées depuis l’introduction des noritama mais le succès de notre condiment séché est resté intact. Dans un pays où environ 80% de la population mange du riz à la maison tous les jours (chiffres de 2015), cela parait évident. Selon un récent sondage réalisé sur internet et regroupant plus de 11 000 participations, environ 40% des sondés affirment manger du furikake avec leur riz régulièrement. 

Il faut dire que celui-ci est bien pratique car il suffit d’acheter des sachets dans le supermarché ou le konbini (supérette) du coin et le tour est joué. Lorsqu’on réalise un bentô avec des onigiri (boulette de riz), cela permet d’économiser pas mal de temps. Car la société évolue et le nombre de femmes au foyer a fortement diminué depuis l’après guerre. Le washoku (cuisine japonaise traditionnelle) se mange désormais principalement au restaurant chez les plus jeunes car trop fastidieuse à préparer.

furikake-anpanman

Il existe d’ailleurs des sachets spécialement pour les enfants portant l’effigie de personnages de mangas ou d’animés célèbres tels que Pokemon ou Anpanman. Ils restent une cible de choix car ce n’est pas toujours facile de leur faire manger du riz nature ! 😀

Sources : matome.naver (histoire), prtimes (sondage)

Laisser un commentaire

Derniers messages du forum