Le japonais dans tous les sens

Danson johi (男尊女卑) : “respect de l’homme et mépris de la femme”

Petit annonce du lundi : j’ai mis en vente pour la première fois hier un dictionnaire électronique contenant le dictionnaire Royal fr-jp (90 000 mots) plus volumineux que les Petit Royal que je proposais systématiquement jusqu’à maintenant (40 000 mots environ). Je précise que ce n’est possible qu’à partir des Data Plus 6 (limitation imposée par Casio).


Si j’ai choisi de mettre aujourd’hui le titre entre guillemets, c’est qu’il n’est pas de moi. Il s’agit ni plus ni moins de la traduction proposée par le Nouveau Petit Royal (pub involontaire) pour 男尊女卑 (danson johi). Vu que le sujet est revenu récemment sur la table avec la polémique concernant la tendance des entreprises japonaises à interdire le port des lunettes au travail pour les femmes, je me suis dit que c’était l’occasion de me jeter à l’eau. Enfin, étant donné qu’on est sur Kotoba, je me suis fixé une règle : se concentrer en priorité sur l’aspect sémantique.

Origine et analyse de l’expression danson johi

Je n’ai pas trouvé de date précise concernant la création du yojikukugo 男尊女卑 (danson johi) mais il est vraisemblable que cela remonte à l’ère Meiji (1868-1912). Cela ne signifie pas que le sexisme était inexistant avant cette date au Japon (on en trouvait déjà dans le bouddhisme et le confucianisme). Par contre, c’est durant cette période qu’on peut observer les premières vagues féministes où la position de la femme est discutée. On peut notamment citer le célèbre penseur Fukuzawa Yukichi (le type qu’on voit sur le billet de 10 000 yens) qui avait une position féministe. C’est peut-être même lui qui a le plus contribué à la popularisation de l’expression danson johi.

Car tout comme le mot “sexisme” (“discrimination basées sur le sexe”), 男尊女卑 est certes un constat (男尊 danson = respect de l’homme, 女卑 johi = mépris/soumission de la femme) mais également une dénonciation. En ayant recours volontairement à ce yojijukugo, on exprime tout haut ce qui est habituellement sous-entendu. À ce sujet, le hashtag #男尊女卑 est assez populaire sur Twitter.  男尊女卑の思想がまだ残っている (danson johi no shisô ga mada nokotte iru) : l’idée selon laquelle l’homme est supérieur à la femme persiste encore.

Dans un papier sorti en 2015, la chercheuse Minamoto Junko remarque que notre yojijukugo s’emploie naturellement à la place de 女性差別 (josei sabetsu “discriminations envers les femmes = sexisme”). C’est vrai que le propos est quasi identique mais danson johi va pour moi encore plus loin en marquant l’opposition homme/femme de manière symétrique. C’est probablement ce qui explique sa popularité, absolument tout le monde le connaît aujourd’hui. Son contraire est 女尊男卑 (joson danpi). Exemple : “les femmes ont des wagons réservés et pas nous, #女尊男卑 !”. (´,_ゝ`)

Autres sources : Kotobank (dictionnaires japonais), ja.wikipedia (féminisme au Japon)

Laisser un commentaire

Derniers messages du forum
Kotoba
仕草
Kotoba
もしもし!