Kimi (君) : dis donc toi, on se vouvoyait pas avant ?

“Vous c’est あなた (anata) et tu c’est 君 (kimi). Il y a aussi お前 (omae) pour le tutoiement mais c’est plutôt impoli”. Voici ce que j’ai appris lorsque j’ai débuté le japonais. Lorsqu’on part de la grammaire française que l’on considère comme allant de soi, c’est logiquement ce qu’on obtient. Car lorsqu’on cherche absolument à extraire un “pronom” indiquant la deuxième personne du singulier en japonais, anata et kimi sont des bons candidats.

Le soucis, c’est que le japonais fonctionne différemment et qu’on évite dans de nombreuses situations l’usage des pronoms personnels. Il existe plusieurs stratagèmes pour ça : utiliser le prénom/nom de la personne, son titre… ou tout simplement rien du tout (la langue japonaise le permet). J’aimerais tout de même vous présenter aujourd’hui kimi qui a connu une évolution intéressante.

Evolution du mot kimi et usage actuel

Pour simplifier, on peut dire que kimi a perdu en respect au fil du temps. En effet à l’origine, il renvoyait directement au monarque, c’est à dire l’empereur. Pour ce dernier, il existait ainsi l’appellation 大君 (ôkimi “sa grandeur”) et il est possible que celle-ci ait précédé celle actuelle de 天皇 (tennô). Puis vers le 8ème siècle, l’emploi de kimi se serait généralisé pour désigner le maître, le noble, la personne d’un rang supérieur à soi… On reste quoi qu’il en soit dans un rapport où c’est le dominé qui l’utilise envers le dominant. Puis vers le 10ème siècle, on remarque que ce sont davantage les femmes qui ont recours à kimi , et ce vis-à-vis des hommes. Il s’agit toujours de respect mais mélangé à de l’affection, le 敬愛 (keiai) assez proche de la vénération.

Le premier basculement intervient aux alentours du 13ème siècle puisque kimi prend le sens de “femme de joie”. Cela peut paraître étonnant mais si on prend pour hypothèse le fait que les prostitués sur-employaient kimi pour amadouer les hommes, on a fini par les désigner comme tel. “vu que tu dis toujours kimi, on va t’appeler ainsi. Tu sais, comme Timmy dans South Park…”. (゚ω゚;)
C’est comme ça en tout cas que notre mot du jour est passé d’un usage majoritairement féminin à un usage majoritairement masculin et c’est encore le cas aujourd’hui. Cela ne signifie pas cependant qu’il est comparable à 僕 (boku) où la proportion est de l’ordre de 98/2, là on est plutôt sur du 80/20 grosso modo.

Dans la bande-annonce du film “Your name”, les deux protagonistes prononcent 君の名は ? (kimi no na ha ? “Quel est ton nom ?”)

Je précise tout de même que kimi a totalement perdu la signification “prostitué”. 君、ちょっと来て (kimi, chotto kite) : hé toi, viens ici. Tout comme anata, il permet souvent d’interpeller l’autre de manière insistante. 君の責任だ ! (kimi no sekinin da !) : c’est de ta responsabilité ! Vu qu’il est plus familier que anata, on ne le trouvera pas par exemple dans les questions de sondage (sauf si ça s’adresse aux jeunes).

Sources : Kotobank (dictionnaires japonais avec l’évolution du mot), ja.wikipedia (généralités)

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur whatsapp
WhatsApp
Partager sur email
Email

Laisser un commentaire

Articles par mois
Derniers messages du forum
otakusan93
Inscription au JLPT
sazanami
Flux RSS cassé ?