Baketsu (バケツ/馬穴) : le seau et le trou du cheval

En recherchant hier des informations sur le kanji 穴 (ana/ketsu, le trou), je suis tombé sur un mot bien étrange : 馬穴 (baketsu “cul de cheval”). J’ai au départ pensé à une blague puisque le dictionnaire que j’ai utilisé (Tangorin) est un dictionnaire participatif. Quelqu’un aurait pu ajouter cette écriture pour le fun car normalement, il se trouve en katakana バケツ. Cependant, d’autres dictionnaires japonais et Wikipedia lui même atteste le caractère “officiel” des ateji 馬穴. Cela méritait donc une petite enquête ! 😀

Signification du mot baketsu et origine des kanjis

Notre mot du jour a une origine tout à fait banale puisqu’il provient de l’anglais bucket signifiant “seau”. Au passage, il existait déjà un terme japonais pour le seau/cuve/bassine qui est 桶 (oke). Mais il renvoie surtout à un objet en bois (clé 木 du bois à gauche) et plus particulièrement à la bassine en bois que l’on utilise dans le bain. Pour le seau en plastique muni d’une poignée qu’on utilise pour le jardinage ou à la mer, c’est baketsu qui s’est imposé. Pour la petite histoire, on disait au départ バケット (baketto) mais comme les français se sont ramenés avec leurs バゲット (bagetto “baguettes”), c’est finalement devenu baketsu pour éviter la confusion. Sélection naturelle ! 😀

Venons en maintenant aux ateji 馬穴. Si j’ai traduit ça par “cul de cheval”, c’est qu’il existe la variante 馬尻. Et 尻 = fesses comme on l’a vu hier. Evidemment, ces kanjis ont été attribués surtout pour leur prononciation respective qui collait (馬 : ba comme pour 馬鹿 baka et 穴/尻 : ketsu). Mais il existe une explication à propos du sens, comme celle relatant qu’on utilisait autrefois des seaux pour récupérer les crottins de chevaux. Quoi qu’il en soit, pour que des ateji aussi saugrenus se répandent à l’usage, il faut à l’origine une source influente. Cela peut être les médias (télévisions/journaux) ou un auteur célèbre.

馬穴 peut aussi être traduit par “trou de cheval”. ^^

C’est pourquoi on attribue la création de 馬穴 à l’écrivain influent Natsume Sôseki assez friand de ce genre de délicatesses. Souvenez vous, c’est celui qui est à l’origine des ateji de 五月蝿い (urusai). Toutefois, cela reste à confirmer car malgré quelques recherches, je n’ai trouvé aucune trace de 馬穴 dans ses ouvrages. On peut supposer que lors des rééditions, on a remplacé 馬穴 par バケツ. Le mystère reste donc entier et je vous préviendrai si je mets la main sur le coupable ! 😀

Source : yuraimemo (origine de 馬穴)