Tetsudau (手伝う) : aider dans le couple, ça se passe comment ?

Aider, en voilà un mot de vocabulaire japonais important ! Si vous arrivez au Japon et que vous regardez autour de vous l’air perdu, il est très probable qu’un japonais vous propose son aide avec le verbe tetsudau. Regardons comment il s’emploie puis intéressons nous au nouveau phénomène du mari voulant aider.

Significations du verbe tetsudau en situation

Tetsudau (手伝う) est composé du kanji de la main te 手 et de tsutau 伝う qui signifie “longer”. N’y voyez pas un sens caché car on n’est pas vraiment sûr que le kanji 伝 ait été présent dés le départ, il a probablement été ajouté pour la prononciation par la suite. On peut cependant remarquer que le but est de donner un coup de “main”, cela peut aider à le retenir.

Chose importante à retenir : ce verbe est transitif, ce qui n’est pas le cas de aider en français. Donc si vous voulez aider votre petit frère à faire ses devoirs par exemples, il faudra dire otôto no shukudai wo tetsudau (弟の宿題を手伝う). Lorsque vous demandez à quelqu’un un coup de pouce, il faudra à ce moment là employer la forme en tekureru/morau. Exemple : tetsudatte kure (手伝ってくれ) “donne moi un coup de main”.

Enfin, si vous voulez proposer votre aide, un tetsudaimashô ka (手伝いましょうか “je vous aide ?”) conviendra parfaitement. Et c’est donc ce qu’un japonais pourrait vous demander si vous hésitez un peu, retenez donc le bien !

Question : qui a fait la cuisine ? Flickr.fr, Jimmy chuang
Question : qui a fait la cuisine ? Flickr.fr, Jimmy chuang

Le phénomène du “tsuma no kaji hara” au Japon

Avec la mondialisation et l’influence de l’Occident, il semblerait que les maris japonais soient de plus en plus disposés à proposer leur aide pour les tâches domestiques ou pour l’éducation des enfants. Seulement voilà, ça ne s’apprend pas en un jour et il peut arriver que ceux-ci soient un peu… maladroits. C’est pourquoi ils se font rouspéter par leur femme et certains ont même été jusqu’à appeler ça tsuma no kaji hara (妻の家事ハラ) ce qui signifie littéralement “harcèlement de la femme sur les affaires domestiques”.

En juin 2014, on a réalisé un sondage avec 1371 couples de 30-49 ans ayant un enfant de moins de 6 ans où la femme travaillait à plein temps. Près de la moitié des maris (47,2%) admettent aider “régulièrement” et 6,6% aider “parfois”. Et parmi ceux-ci, 65,9% estiment avoir subit des “harcèlements domestiques” et 90% disent que ça leur a fait “perdre toute motivation”. Rien que ça !

Le terme de “harcèlement” est bien évidemment contesté par beaucoup, il est vrai que cela peut paraître très exagéré dans ce genre de contexte. Mais il faut se mettre à la place des hommes japonais qui ne sont pas encore habitués à se voir donner des ordres par une femme, mai 68 n’ayant pas vraiment eu d’impact au pays du soleil levant. La moindre remontrance est donc parfois synonyme de “choc émotionnel”.

D’ailleurs, le fait d’employer le verbe tetsudau avec le mari lorsque les deux personnes travaillent montre bien que le fait que la femme fasse le ménage est encore une évidence. L’homme n’est encore là que pour “suppléer” et non faire le principal. Si au Japon on voit que vous vous occupez beaucoup de vos enfants mais que vous n’êtes pas une femme, il arrivera qu’on vous félicite pour ça. Et ceci peut être assez déstabilisant…

Sources : kotobank (dictionnaire de japonais), j-cast.com (sondage)