Le concept du uchi-soto (内外) “dedans-dehors” a fait l’objet de nombreux ouvrages au Japon. Il faut dire qu’il décrit relativement bien la société japonaise ou la distinction entre son groupe et les autres est assez marquée. Cela se voit d’ailleurs facilement dans le langage. Aujourd’hui, c’est le mot soto (外) sur lequel notre attention va se poser. Comment le définir ?

Définitions du mot soto à travers des situations concrètes

Soto s’écrit avec le kanji 外 qui correspond bien à cette idée du dehors dans le sens “extérieur à soi/son foyer/son groupe”. On le retrouve par exemple dans les mots gaikokujin (外国人 “en dehors du pays = un étranger“) et kaigai (海外 “au delà des mers = à l’étranger). Et comme le mot français “extérieur”, tout est relatif. En effet, on a nécessairement besoin d’un référent pour indiquer un en dehors de celui-ci.

C’est pourquoi il est parfois difficile d’interpréter le mot soto lorsqu’on ne sait pas exactement à quoi le locuteur se réfère. Voici un extrait d’une conversation téléphonique : ima, soto nan desu kedo (今、外なんですけど). On peut traduire cette proposition par “je suis actuellement à l’extérieur“. Sauf qu’en fonction du contexte, cela peut vouloir dire “dehors (hors d’un bâtiment)” ou encore “hors de chez moi”. Et dans le deuxième cas, il est probable que cela soit “à l’intérieur” d’un restaurant. Attention aux contresens donc !

Et il ne faut pas y voir uniquement un rapport spatial intérieur/extérieur. Soto peut en effet désigner un groupe de personne en dehors du sien, c’est à dire “les autres”. Soto ni moreta himitsu (外に漏れた秘密) “un secret qui a fuité (parmi les autres)”. Dernière chose pour conclure : l’expression soto no kûki wo suu (外の空気を吸う) ne veut pas toujours dire “respirer l’air frais de l’extérieur (du dehors)”. Il peut s’agir en effet du monde/de la société. On l’utilise alors pour signifier “découvrir le monde”.

Sources : kotobank (dictionnaires en japonais), japoninfos.com (concept uchi-soto)

Guilhem Walter

Rédacteur du site kotoba.fr, je vis au Japon depuis juillet 2012 et je m’intéresse de près à la langue japonaise et la culture dont elle fait partie.