L’oreiller, c’est ce petit support pour la tête dont on a du mal à se passer une fois goûté. Celui-ci prend le nom de traversin lorsqu’il fait toute la largeur du lit. Vous avez peut être déjà appris quelque chose aujourd’hui ! Mais c’est le mot japonais makura sur lequel on va porter notre attention. Quelle est son étymologie et quelles images lui associe t-on ?

Etymologie de makura et histoire

Makura s’écrit en kanji 枕 qui lui même signifie “oreiller”. Concernant son étymologie, il existe une hypothèse intéressante : tamakura (魂倉). Le kanji 魂 signifie “âme” et 倉 “entrepôt”. Pendant le sommeil, on pensait en effet que l’âme se séparait du corps pour aller se loger dans l’oreiller. Il faut savoir qu’au 17ème siècle au début de l’époque d’Edo, le makura était sous forme de boite rectangulaire en bois sur laquelle on déposait une sorte de polochon.

Oreiller japonais de l’époque d’Edo. Le polochon au dessus se dit kukuri makura “oreiller noué/attaché”.

Pourquoi une telle hauteur ? Et bien parce qu’on faisait attention à son chignon à l’époque ! Et cela prenait beaucoup de temps de devoir se recoiffer. On fait encore aujourd’hui référence à cette hauteur dans le langage courant. Makura wo takakushite neru (枕を高くして寝る) : dormir sur ses deux oreilles (litt : rehausser l’oreiller et dormir). Car pour entendre les ennemis arriver, on dormait l’oreille collée au sol. En temps de paix, on pouvait utiliser l’oreiller en hauteur sans crainte ! 🙂

Par ailleurs, vous aurez peut être remarqués qu’il y a un trou de serrure sur la boite de gauche. En effet, on avait pour coutume d’y placer des objets importants et de l’argent. En cas d’incendie ou autre danger, il suffisait de prendre son makura et de déguerpir ! Ingénieux non ? Les voleurs étaient également ravis, c’est pourquoi le terme makura sagashi (枕探し “chercheur d’oreillers) signifie “voleur“.

Pour l’anecdote, on y mettait aussi des images assez… évocatrices. Je vous laisse donc deviner la signification de makurae (枕絵 “images de l’oreiller”). Et je conclus pour vous révéler que makura s’emploie aussi bien pour les oreillers que les traversins. Comme ça, vous saurez ! 😀

Sources :  ja.wikipedia (généralités), kotowaza-allguide (proverbes)

Guilhem Walter

Rédacteur du site kotoba.fr, je vis au Japon depuis juillet 2012 et je m’intéresse de près à la langue japonaise et la culture dont elle fait partie.