Shôjiki (正直) : le cœur vrai de l’honnêteté ?

En français, il y a une question qui revient très souvent : c’est quoi la différence entre franc, honnête et sincère ? Je ne vais pas me risquer à y répondre ici, d’autant que quelqu’un l’a très bien fait à ma place ici !
En ce mardi, je vais plutôt m’attarder sur le mot japonais shôjiki (正直) qui se rapprocherait fortement de l’honnêteté.

Analyse du mot shôjiki et définition

Shôjiki s’écrit avec les kanjis 正直 où le premier signifie ici “vrai/authentique” et le second “corriger/rétablir”. C’est pourquoi l’une des interprétations qu’on retrouve souvent est tadashiku naosu (正しく直す) “corriger avec justesse”. On donne alors comme exemple un employé corrigeant son supérieur en lui disant sans détour ce qu’il pense être vrai. shôjiki ni iu to (正直に言うと) : à vrai dire/ à franchement parler.

La plupart des dictionnaires japonais donnent comme définition “qui est authentique, sans mensonge ni tromperie”. Le mieux pour y voir plus clair est probablement de le confronter à un autre mot, socchoku (率直). Vous voyez ici qu’à la place du kanji 正, on a 率 qui s’interprète comme “tel quel”. Cette fois-ci, on se rapproche davantage de la franchise car il s’agit de dire tel quel ce qu’on pense sans détour. Avec shôjiki, c’est plutôt un sentiment de justice qui anime la personne, elle souhaite rétablir une certaine vérité. Pour moi, c’est assez proche de l’honnêteté car il y a une question de droiture et loyauté souvent liée à des règles morales.

Il s’agit de Tokugawa Ieasu qui est apparemment shôjiki selon Google Image… 😀

D’ailleurs, ce qu’il est intéressant de noter est que la meilleure traduction pour “trop honnête” est sûrement baka shôjiki (馬鹿正直). Car oui, dans les deux cas, il y a une certaine forme de stupidité (baka). On pense en effet à quelqu’un incapable de s’adapter à la société en ne choisissant que la vérité coûte que coûte ! Je vous laisse sur un proverbe japonais (kotowaza) assez connu : sandome no shôjiki (三度目の正直). On la traduit par “la troisième c’est la bonne”. J’avoue pour ma part ne pas vraiment avoir compris l’emploi de shôjiki ici. Les deux premières fois, on aurait manqué d’honnêteté ? 😀

Sources : ameblo (analyse sur shôjiki), Kotobank (dictionnaires japonais)

 

2 réponses

  1. Très intéressant, j’ai aussi bien apprécié l’article mentionné sur les diffërences entre franchise, sincérité et honnêteté. Faut croire que je suis un 馬鹿率直 du coup!
    Il y a tout un aspect au Japon sur le 建前 et 空気を読むこと que je supporte difficilement (parce que je me fais toujours avoir). Ce serait intéressant que tu développes sur ce sujet en relation avec 正直 🙂

    1. Alors j’ai parlé du kûki yomi dans l’article sur kûki : https://www.kotoba.fr/kuki/
      Il y a des applications sur smartphone d’ailleurs, si t’as envie de t’entraîner des fois ! lol.

      Pour le tatemae, il faudrait que je fasse un article dessus effectivement. Mais il faut s’y prendre avec des pincettes car on aime bien nous occidentaux mettre tout sur le dos du tatemae alors que dans le fond, on a tous un masque. Enfin c’est vrai qu’il a une forme particulière au Japon et une petite réflexion s’impose ^^.

Laisser un commentaire

Derniers messages du forum