Les jeux de société et jeux pour enfants en général ont parfois un nom étonnant. Tenez, pourquoi dit-on “1,2,3 soleil” ? Surtout que dans d’autres pays, ce dernier fait place à la statue (Algérie), au squelette (Maroc) ou encore à la citrouille (Mexique). J’aurais pu aborder sa version japonaise aujourd’hui (daruma-san ga koronda soit “le daruma est tombé”).
Cependant, un autre nom de jeu éponyme a attiré ma curiosité : le shinkei suijaku (神経衰弱) qui est l’équivalent du “memory”. Pourquoi cette appellation si barbare ?

Analyse de shinkei suijaku et lien avec le jeu de memory

Shinkei suijaku s’écrit avec les quatre kanjis 神経衰弱 mais n’est pas un yojijukugo comme celui de samedi. Pour la simple et bonne raison qu’il est parfaitement explicite dans son sens premier. En effet, shinkei (神経) correspond ici  au “nerf” et suijaku (衰弱) à “l’affaiblissement/épuisement“. Ainsi, shinkei suijaku signifie littéralement “épuisement des nerfs”. A l’origine, c’était simplement la traduction de neurasthénie (1869) qui s’apparente à une fatigue nerveuse. De nos jours, on dit plutôt “fatigue chronique” à la place de neurasthénie et donc shinkei suijaku aurait du également tomber aux oubliettes.

Sauf que dans les années 1960, un jeu de société commence à faire parler de lui : le fameux “memory”. Il faut savoir que c’est le nom allemand donné par la société Ravensbuger mais qu’en Angleterre, on le nomme plutôt Concentration. Il se trouve qu’il existait la variante Melancholy, ce qui aurait conduit au recyclage de shinkei suijaku. Car oui, la mélancolie était effectivement rattachée à une fatigue nerveuse autrefois. Cependant, seules des sources japonaises évoquent la variante Melancholy pour ce jeu de société. A prendre avec des pincettes !

Le shinkei suijaku est particulièrement populaire auprès des personnes âgées.

Et surtout, pourquoi ce choix de traduction ? Est ce que parce que le traducteur en a été particulièrement frustré ? Il est vrai que c’est un jeu qui peut user les nerfs, surtout quand on ne tombe jamais sur la bonne carte ! Moi je miserai davantage sur l’argument marketing. Imaginez vous un jeu qui s’appelle “épuisement des nerfs”, ça donne envie d’essayer non ? 😀
En tout cas, celui-ci semble très apprécié des japonais puisque selon un sondage réalisé en 2017 (2617 participants), le shinkei suijaku arrive troisième (plébiscité à 37,7%). Il est devancé par le pouilleux (48,4%) et par le jeu des sept familles (56,5%). Le poker termine seulement 4ème (35,2%) !

Sources : kensnews.net (étymologie), news.nifty (sondage de 2017)

 

Guilhem Walter

Rédacteur du site kotoba.fr, je vis au Japon depuis juillet 2012 et je m’intéresse de près à la langue japonaise et la culture dont elle fait partie.