Ojigi (お辞儀) : pourquoi faire une courbette au fait ?

Lorsqu’on fait un voyage au Japon pour la première fois, l’un des sentiments qu’on rencontre souvent est celui de la gêne. Difficile en effet de rester indifférent lorsqu’un vendeur japonais nous fait un ojigi (お辞儀). Dans mon cas par exemple, je lui avais simplement rendu la pareille pour me rendre compte juste après devant le visage moqueur de ma correspondante que ce n’était pas forcément attendu. Grand bien m’en fasse ! 😀

Je vais tout d’abord revenir sur l’évolution du mot aujourd’hui puis décrire ce qu’implique cette gestuelle dans la vie quotidienne.

Origine du mot ojigi et description de cette coutume

お辞儀 s’écrit avec le fameux préfixe お (o) dont je vous parle souvent et il aurait ici une valeur de 美化語 (bikago). C’est à dire “terme de raffinement” afin de donner une image raffinée à un mot. C’est pareil par exemple avec お酒 (osake “alcool”) et お金 (okane “argent”). Mais pour ojigi en particulier, ne pas mettre ce o serait très bizarre (je l’ai confirmé avec ma femme). Comme si une inclination non-raffinée était inconcevable pour les japonais. En parlant d’inclination justement, il n’était pas vraiment question de ça au départ puisque jigi s’écrivait 時宜.

Celui-ci signifie “qui est réalisé durant la bonne période”, d’où la traduction “opportun”. Puis progressivement, la notion de “période” se serait diluée et on aurait obtenu le sens de “choses qu’on réalise pile quand il faut”. Enfin, on est parvenu au sens de “salutation” et ce n’est qu’à la fin de l’époque d’Edo (19ème siècle) que ojigi a commencé à signifier “inclination/courbette“. C’est d’ailleurs durant l’époque d’Edo que l’orthographe 辞儀 s’est imposée, ce qui signifie littéralement “comportement (儀) où on s’incline (辞)”. お辞儀をする (ojigi wo suru) : s’incliner.

Le ojigi parfait ! Plus sérieusement, c’est tiré d’un article prétendant qu’on peut garder la ligne par la même occasion en faisant des inclinations. Pourquoi pas ^^

Alors nous, vu qu’on associe ça à l’aristocratie (s’incliner devant le roi) ou encore à la religion (s’incliner devant dieu), on imagine que c’est une immense marque de respect. On est alors gêné et on se dit “ils en font trop !”, sauf que c’est vraiment devenu une salutation automatique au Japon. On s’incline pour dire merci, on s’incline pour dire au revoir, on s’incline pour s’excuser, on s’incline pour montrer son respect (arts martiaux)… Et ce qui est rigolo, c’est que la plupart des étrangers acquièrent cette habitude par mimétisme et il est bien difficile de s’en défaire ! :S

4 réponses

    1. Oui, en fait le dictionnaire de kanjis que j’ai consulté m’a donné comme sens 1 “振る舞い” (furumai), ce qu’on traduit en général par “comportement/manières”. Par contre pour le 辞, on a beaucoup plus de sens plutôt contradictoires comme “refuser/arrêter” (辞める) en plus de “saluer/faire une révérence (礼する)”.
      Bref, le plus difficile dans tout ça en fait, c’est qu’on ne sait jamais exactement dans quel contexte ces kanjis ont été choisis pour le mot et à quel sens on a pensé précisément. On avait probablement une image différente autrefois pour les mêmes kanjis donc j’utilise toujours des pincettes lorsque je décris les différents sens. Puis je pense encore manquer de connaissances et de recul sur les kanjis et leur histoire mais je vais tout faire pour combler ça au mieux ^^.

Laisser un commentaire

Derniers messages du forum