Il y a un mot que j’ai toujours aimé dire à tort et à travers, c’est “mesquin”. Celui-ci est intéressant car bien qu’il puisse signifier “avare/pingre” (manque de générosité), je l’ai toujours utilisé dans le sens de “qui fait des coups bas”. Un exemple parfait est avec la BD Cédric où le grand-père va chercher son journal dans la boite aux lettres sous la pluie. Une fois qu’il a fini de le lire, il le remet dans la boite aux lettres afin que le père soit obligé d’aller lui aussi le récupérer sous la pluie. Et je me souviens parfaitement de la mère lui dire “papa, ce que tu peux être mesquin !”. 😀

En japonais, on a aussi cette idée d’avarice mesquine avec けち (kechi). Sauf qu’on va voir qu’étymologiquement, c’était bien différent !

Étymologie du mot kechi et significations aujourd’hui

Kechi peut s’écrire indifféremment en katakana ケチ ou en hiragana けち. Il existe les kanjis 吝嗇 mais cette écriture est si rare que beaucoup de dictionnaires japonais ne la mentionnent pas. On la prononce d’ailleurs plutôt rinshoku avec le sens de “parcimonieux/avare”.
Kechi quant à lui viendrait du mot 怪事 que l’on prononçait keji (aujourd’hui kaiji) et qui renvoie à quelque chose de funeste ou mauvais. Ce sens existe encore aujourd’hui avec kechi, notamment dans l’expression けちがつく (kechi ga tsuku) signifiant “rencontrer un obstacle/avoir un pépin/être éclaboussé (affaire fiscale par exemple pour reprendre l’actualité)”.

Il semble ensuite qu’à partir de l’époque d’Edo (1603-1868), le sens “avare/harpagon/regardant” se soit ajouté. Et de nos jours, c’est celui qui vient probablement en premier avec l’image d’un personnage abject qui n’aime pas partager彼はけちだ (kare ha kechi da) : il est près de ses sous. Il existe notamment la tournure けちする (kechi suru littéralement “faire son pingre”) signifiant “lésiner/épargner avec avarice”. De nos jours, les jeunes emploient le verbe ケチる (kechiru) dans ce sens. Toujours dans la même logique, un cadeau qui est kechi est un cadeau sans valeur car on pense au pingre qui l’a offert.

Enfin, sans que ce soit lié forcément à l’argent, on trouve aussi beaucoup notre mot du jour avec la signification “qui n’est pas sympa/qui est relou/qui a un esprit étriqué”. C’est à dire un mesquin comme le grand-père de Cédric. Kechi na kangae (けちな考え) : idées mesquines.

Sources : Gogen-allguide (étymologie), Kotobank (dictionnaires japonais)

Guilhem Walter

Rédacteur du site kotoba.fr, je vis au Japon depuis juillet 2012 et je m’intéresse de près à la langue japonaise et la culture dont elle fait partie.