L’être humain est rempli de contradictions. Tenez, je me suis levé ce matin à 6h00 afin de commencer à travailler tôt. Et voilà que 4 heures plus tard, je n’ai toujours rien fait de concret. Heureusement que “la pensée naît de la contradiction” (Marie-Hélène Collin) sinon j’étais mal barré ! En japonais, c’est 矛盾 (mujun) qui correspond bien à cette idée. Je vais aborder ici son étymologie rigolote car elle vaut vraiment le détour ! 🙂

Étymologie du mot mujun

矛盾 est formé par les kanji 矛 désignant une hallebarde (はこ hako) et de 盾 qui lui correspond à un bouclier (たて tate aussi écrit avec le kanji 楯). Comme ces deux armes semblent s’opposer, on peut y voir un lien avec la contradiction. Pourtant, l’étymologie de mujun est plus triviale et prendrait racine avec un ancien ouvrage chinois nommé 韓非子 (kanpishi). Dans celui-ci, on trouve l’histoire d’un marchand qui vend des boucliers et hallebardes. Vu qu’il est très futé, il avance les arguments vendeurs suivants :

  • Ces hallebardes sont si aiguisées qu’elles peuvent traverser n’importe quel bouclier.
  • Ces boucliers sont si solides qu’aucune hallebarde ne peut les traverser.

Un client assez dubitatif lui rétorque alors “qu’est ce qu’il se passe alors si tu essayes de transpercer ce bouclier si solide avec cette hallebarde si aiguisée” ? Le marchand décidément plein d’astuces lui répliqua fièrement “avec le principe de superposition quantique, les particules peuvent être à plusieurs endroits en même temps”.

Il est écrit “chers clients, merci d’éviter de lire debout tout en étant assis”. En fait ici, 立ち読み (tachiyomi) signifie littéralement “lecture debout” mais désigne dans son sens large le fait de feuilleter un livre/magazine sans forcément l’acheter.

Malheureusement, cette histoire s’est déroulée il y a plus de 2000 ans et la physique quantique n’existait pas. Il n’a donc rien répondu devant cette contradiction macroscopique et le mot mujun naquit. 彼の言動は矛盾している (kare no gendô ha mujun shiteiru) : Ses actes contredisent ses principes. A noter que ce composé de kanjis a eu un certain succès vu qu’il existe aussi dans la langue coréenne et vietnamienne.  On trouve toutefois un sens 2 en japonais attesté dans le 日葡辞書 (nippo jisho 1603) qui est “combattre avec des armes“.
Il faut toujours que les japonais ajoutent leur grain de sel… 😀
Mais rassurez vous, celui-ci est désormais archaïque aujourd’hui donc pas la peine de le retenir !

Sources : Gogen-allguide (étymologie), Wiktionary (aperçu avec les autres langues)

 

Guilhem Walter

Rédacteur du site kotoba.fr, je vis au Japon depuis juillet 2012 et je m’intéresse de près à la langue japonaise et la culture dont elle fait partie.