Kotowaza (諺) : le proverbe, cet art du langage

Bien qu’ils ne véhiculent pas une idée toujours vraie, on aime toujours citer un proverbe de temps en temps. Il faut dire que leurs images ont souvent un petit côté distrayant qui fait leur succès. ” N’insultez pas le crocodile quand vos pieds sont encore dans l’eau. Quand le sage désigne la lune, l’idiot regarde le doigt. Le clou qui dépasse appelle le marteau”.
En japonais, on les appelle communément 諺 (kotowaza). D’où ce terme tire t-il son origine ?

Étymologie du mot kotowaza et réflexion sur leur usage

Kotowaza est un mot japonais très ancien qui apparaît déjà dans le Kojiki (712). On peut le diviser en deux parties qui sont koto (言 “langage/parole”) + waza (業 “technique/art”). Ainsi, on peut l’interpréter dans son sens étymologique comme un “art langagier” où on employait les mots dans un but particulier. Il pouvait y avoir la volonté de véhiculer un conseil ou une vérité d’expérience comme c’est le cas pour les proverbes. On regroupait cela dit aussi les devinettes (謎々 nazo nazo) et incantations mystiques (唱え言 tonaegoto) sous ce mot kotowaza. Quoi qu’il en soit, c’est le sens de “proverbe” qui est resté de nos jours.

Le kanji 諺 qu’on a choisi de lui attribuer contient la clé de la parole 言 sur la gauche ainsi que le symbole qui porterait la signification “visage avec une forme bien nette et distinguable“. C’est ce qui aurait inspiré la fameuse phrase de Nicolas Boileau “ce que l’on conçoit bien s’énonce clairement”. Blague à part, cette “forme nette” serait à mettre en relation avec le bon sens, à savoir que ça désigne un “énoncé plein de bon sens”. Au Japon, on trouve beaucoup d’ouvrages listant des kotowaza car on emploie assez souvent (probablement plus qu’en français). Mais comme ils sont destinés aux Japonais, ils contiennent pas mal de proverbes très peu usités (car s’ils se contentaient de présenter les plus courants, ça ne suffirait pas à un natif…).

Honnêtement, je ne peux que vous conseiller d’en connaître au moins quelques uns. En plus des expressions idiomatiques, ils peuvent aider à mieux être intégré parmi les Japonais. Ce n’est pas uniquement dans le but de “détendre l’atmosphère”, ça permet également d’indiquer à l’autre “je connais certaines images que vous partagez entre-vous donc je suis apte à rejoindre votre groupe”. Bon évidemment, il faut savoir être modéré sous peine de passer pour l’étranger qui veut juste faire son érudit. :S

Je n’ai malheureusement pas trouvé de bon livre en français (ça pourrait être amusant à écrire d’ailleurs). Par contre si vous avez un niveau correct en anglais, cet ouvrage semble bien expliqué (chaque terme est détaillé, il y a une phrase d’exemple et des commentaires utiles). Voici un échantillon avec le kotowaza “猫に小判” (neko ni koban “donner une pièce d’or à un chat”) :

Le chat en prend souvent pour son grade au Japon… 😀

Source : Gogen-allguide (étymologie)

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur whatsapp
WhatsApp
Partager sur email
Email

Laisser un commentaire

Articles par mois
Derniers messages du forum