Metabo (メタボ) : le syndrome métabolique et les japonais

En traînant sur Youtube hier, je suis tombé par hasard sur cette vidéo intéressante abordant le sujet de l’obésité et des discriminations qui en découlent en France. Cela m’a aussitôt rappelé une mesure au Japon qui a fait couler beaucoup d’encre : la loi “métabo”. Appliquée dés avril 2008, celle-ci a pour objectif de réduire drastiquement le taux d’obésité en augmentation ces dernières années.
Son objectif semble noble mais c’est la forme qui fait débat : toute entreprise employant un individu “gros” se voit en effet taxée. C’est dans ce contexte qu’est apparu le mot metabo (メタボ) qui sera l’objet de l’article du jour.

Définition du mot metabo et usage actuel

Metabo s’écrit en katakana メタボ qui est la contraction de metaborikku shindorômu (メタボリックシンドローム). Comme vous l’aurez deviné, c’est un mot importé de l’anglais metabolic syndrome que l’on traduit chez nous par “syndrome métabolique”. Si on prend sa définition, il n’est pas forcément question de surpoids. C’est plutôt un “ensemble de signes physiologiques qui accroissent le risque de diabète de type 2, maladies cardiaques et AVC”. Par exemple, un taux de glucose trop élevé, une hypertension et un faible taux de “bon” cholestérol permettent de conclure un à un syndrome métabolique.

Enfin ça c’est de la théorie mais en pratique, la très grande majorité des personnes atteintes de ce syndrome sont en surpoids. C’est pourquoi dans le langage courant, metabo fait surtout référence à ce paramètre en particulier. Lorsque l’on passe une metabo kenshin (メタボ健診 “visite médicale pour le métabo”), la première chose qui est examinée est le tour de taille. S’il dépasse une certaine longueur (en général 90cm pour les femmes et 85cm pour les hommes), on regarde ensuite le résultat des tests sanguins. C’est donc l’aspect physique qui semble prévaloir sur le reste.

Dessin humoristique où la personne à droite s’inquiète d’avoir un métabo. Tiré du site http://www.mensholos.com/

Ceci n’est apparemment vrai que pour le Japon puisque selon les normes internationales, un tour de taille élevé n’est pas nécessaire pour en conclure à ce syndrome. Ce qui renforce l’idée que metabo est simplement une manière détournée pour ne pas dire “gros”. On trouve en tout cas déjà les propositions metabo no hito (メタボの人) ou encore ano hito ha metabo da (あの人はメタボだ). On devrait les traduire respectivement par “personne avec un métabo” et “cette personne a un métabo”. Sauf que la plupart du temps on n’en sait rien vu que l’on juge uniquement sur l’apparence. De quoi faire culpabiliser davantage ?

Sources : passeportsante (description du syndrome métabolique), mikata.shingaku (à propos des normes au Japon)

 

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur whatsapp
WhatsApp
Partager sur email
Email

3 réponses

  1. Très intéressant ! Merci. Du coup en me remémorant les distributeurs de boissons dans la rue, je ne crois pas avoir vu beaucoup de coca cola et autres boissons très sucrées occidentales. Cela a un rapport avec cette loi Metabo ?

    1. Alors ça dépend peut être des coins mais on en trouve partout des distributeurs avec des boissons sucrées comme le Coca et autres boissons gazeuses.
      Mais vous faites bien d’aborder le sujet parce qu’il ne me semble pas que cette loi métabo ait changé quoi que ce soit en ce qui concerne le commerce. Il faudrait que je fasse davantage de recherches, j’ai surtout voulu aujourd’hui me concentrer sur l’utilisation du mot en lui même. Peut être est-il encore trop tôt pour étudier les retombées de cette loi, j’ai juste lu quelque part que les résultats étaient plutôt mitigés.

  2. Ah ? Alors j’étais tellement obnubilé par les boissons autochtones que je n’ai même pas vu le coca. Je n’en ai bu aucun, même si parfois je regrettais mon choix de la curiosité ! Je vais ouvrir l’oeil sur mes photos et films pour observer cette bizarrerie de ma mémoire ! (vers Tokyo et Osaka).

Laisser un commentaire

Articles par mois
Derniers messages du forum