Neko (猫) : le chat dans la société japonaise

On avait pu voir que les chats pouvaient servir au Japon à fabriquer des shamisen mais vous vous doutez qu’ils ne se résument pas qu’à ça. Après une présentation du mot neko (猫) et ce qu’il englobe , on va s’intéresser à l’évolution de la position de cet animal dans la culture japonaise.

Etymologie du mot neko et définition

Neko s’écrit avec le kanji 猫 mais se retrouve souvent en katakana ネコ. Il existe beaucoup d’hypothèses quant à la formation de ce mot, je vais me contenter de décrire celle qui a le plus de poids. En fait, le ne correspondrait au son du miaulement (qui est aujourd’hui nyan nyan et non miaou en japonais) et le ko est un suffixe qu’on utilise souvent pour évoquer ce qui nous est familier.

Neko ne désigne pas uniquement les chats. Les japonais l’utilisent également lorsqu’ils voient un lion, un tigre, un léopard… C’est à dire pour les félins en général. Il existe le terme plus spécifique ieneko (家猫) qui correspond à “chat domestique” mais on ne l’utilise que très rarement à l’oral. Le japonais étant une langue contextuelle, on n’a pas besoin de préciser qu’il s’agit d’un chat domestique pour parler du félin que l’on élève. Neko wo katte imasu (猫を飼っています) : j’ai (j’élève) un chat.

Il me fait un peu peur ce chat moi. Un sourire sournois !
Il me fait un peu peur ce chat moi. Un sourire sournois !

Le rôle du chat au cours des époques au Japon

On a trouvé des ossements de neko qui remontent à l’antiquité au Japon. A l’époque, on les apprivoisait avant tout pour chasser les souris et les rats. Comme quoi, on est pas les seuls à avoir eu l’idée ! Bien qu’on attachait une certaine importance à cet animal, on ne le laissait pas vraiment rentrer dans les maisons et sa place était à l’extérieur.

Aujourd’hui, le chat que ce soit au Japon ou en France n’a plus vraiment ce rôle de “chasseur”. Dans les grandes villes, il est en général cloîtré dans un appartement et sert surtout à tenir compagnie. Il existe un proverbe japonais à ce propos qui est neko no te mo karitai (猫の手も借りたい) qui veut dire “je demanderai un coup de main même au chat !”. On l’utilise quand on est très occupé et que n’importe qui ferait l’affaire, même le chat qui à priori ne sera pas d’une grande aide.

Je conclus en avec un petit mot sur les incontournables neko cafe (猫カフェ) “cafés à chats”. Ce concept bien japonais a réussi à s’exporter dans le monde puisqu’on trouve ce genre de lieux également en France. Je ne m’y suis encore jamais rendu et cela ne m’attire pas plus que ça. Un chat est-il vraiment fait pour rester enfermé à l’intérieur ?

Sources : gogen-allguide (étymologie), ja.wikipedia (le chat au Japon)

Laisser un commentaire

Derniers messages du forum