Le japonais dans tous les sens

Keshô (化粧) : le maquillage uniquement dans le but d’embellir ?

Selon le Larousse, le mot maquillage consiste en “l’action de mettre en valeur les qualités esthétiques d’un visage […]”. Il peut également désigner les produits cosmétiques “colorés”. Dans tous les cas, l’objectif semble être de modifier l’apparence d’un individu, ce qui a dérivé avec le sens de “tromper/falsifier” dans l’argot. En japonais, on emploie le mot keshô (化粧). Qu’est ce qui le caractérise ?

Analyse du mot keshô et exemple typiquement japonais

Keshô s’écrit en kanji 化粧 où 化 signifie “transformation” et 粧 “cosmétique/maquillage”. Ce dernier signifie à l’origine “embellir avec de la poudre blanche (oshiroi 白粉)“. On retrouve en effet la partie de gauche 米 du kanji 粉 (kona “poudre”). Il a ensuite pris peu à peu le sens de “enjoliver/embellir/décorer“. Ainsi, littéralement, keshô veut dire “transformer (son apparence) en l’embellissant (avec des produits cosmétiques)”. Dans le langage courant,  keshô suru (化粧する) est ainsi très proche de “se maquiller/se farder”.

La différence que l’on peut cependant relever est que keshô sous entend encore dans certains contextes une certaine blancheur. Et ce n’est pas exclusif à l’apparence des hommes, cela marche aussi pour d’autres surfaces. Par exemple, on l’utilise pour un mur couvert de peinture blanche ou une plaine couverte de neige. Sukoshi yuki keshô shita yama (少し雪化粧した山) : une montagne légèrement couverte de neige (littéralement “qui s’est maquillé de neige”). Quoi qu’il en soit, on garde l’image de quelque chose d’embelli comme le ferait le maquillage.

Peinture d’une femme de l’époque d’Edo procédant à un ohaguro. L’auteur est Utagawa Kunisada (1786-1865).

Assez parlé de blanc comme ça, on passe maintenant au noir. Jusqu’au début du 20ème siècle environ, les japonaises étaient en effet connus pour se teindre les dents en noir. On appelle ce type de keshô le ohaguro (お歯黒 “dents noirs). Il existe différentes hypothèses expliquant les raisons de cette coutume comme par exemple le “renforcement de la douceur du visage“. Il semble aussi qu’en plus de cacher d’éventuelles dents trop jaunes ou mal alignées, les produits utilisés pouvaient prévenir les caries et mauvaises haleines. Les femmes avec les dents noirs étaient donc considérées comme prenant soin d’elles. Cependant, avec l’évolution de la société mais aussi à cause des critiques venant de l’extérieur, cette coutume a quasiment disparu. Cela vous tente ? 🙂

Sources : ja.wikipedia (généralités), detail.chiebukuro (formation du mot)

Guilhem Walter

Guilhem Walter

C'est moi le rédacteur (actuellement unique) du blog Kotoba.

6 réponses

    1. Bonjour,

      J’ai effectivement fait des recherches sur ces deux termes par rapport à 化粧. Quelqu’un a d’ailleurs posé la question ici : https://detail.chiebukuro.yahoo.co.jp/qa/question_detail/q11154731291
      On lui a répondu que c’était la même chose. Je pense que la différence se situe sûrement au niveau du registre de langue, メイク (meiku) étant plutôt employé par les jeunes avec une image davantage “tendance”. C’est en tout cas l’effet recherché en général par l’emploi des katakana lorsqu’il existe un équivalent japonais avec un sens identique. Par ailleurs, on trouve des composés nouveaux comme ナチュラルメイク (nachuraru meiku “maquillage naturel”) qui n’ont pas (encore ?) leur équivalent avec keshô.

      Quoi qu’il en soit, les femmes emploient toujours de nos jours keshô et ses dérivés comme 化粧品 (keshôhin “produits de beauté”). Peut être qu’à l’avenir, il paraître totalement has been et qu’il laissera totalement la place à メイク. Mais on n’en est pas encore là pour le moment ^^.

    1. Exact, j’avais complètement oublié ce mot 化粧室 tiens ! On le voit souvent écrit sur les portes des toilettes publiques situées à l’intérieur des bâtiments (restaurants, centres commerciales, gares…).
      keshôshitsu toilettes
      Par contre, je n’ai pas trouvé dans les dictionnaires japonais de définition comme “se faire propre/se laver”. Je pense donc que c’est abusif de traduire 化粧する par “faire sa toilette” par exemple. En tout cas, cela ferait bizarre d’entendre ça de la part d’un homme ^^.

      1. Merci beaucoup! Mais comment comprendre l’analogie entre “toilettes” et “maquillage? ou s’agit il d’un homonyme?
        Et que veulent dire les mots en dessous des lignes vertes? Je vois les kanji “droite” et “gauche” mais pour le reste je ne comprends pas

        1. Que ce soit pour le français où le japonais, on a adopté le mot “toilettes/keshôshitsu” pour désigner le lieu où on fait ses besoins par euphémisme. Ca fait plus pudique quoi ! ^^. Car pour le cas du français, à l’origine la toilette des objets de coiffures et soin du corps pour les femmes. Apparemment, c’est l’introduction des toilettes publiques (où beaucoup de femmes se maquillaient) qu’on a commencé à désigner les cabinets par “toilettes”. Source : http://toilettes-en-folie.over-blog.com/article-16864683.html

          En japonais, c’est la même logique du coup. Littéralement, 化粧室 signifie “salle de maquillage” mais le maquillage n’est pas toujours la première activité (pour les hommes du moins lol).
          Concernant les kanjis, il est indique à gauche 矢印なし (yajirushi nashi) = sans flèche puis ensuite “flèche de gauche” et “flèche de droite”.

Laisser un commentaire

Derniers messages du forum