Le canard, c’est en premier ce sympathique palmipède au bec arrondi et aplati qui nous est si familier. Cependant, lorsqu’il est très (trop ?) amoureux, celui-ci a le malheur d’être particulièrement envahissant avec les cannes. C’est pourquoi il arrive qu’on affuble de “canard” un homme qui est peu trop collant et “romantique” avec les femmes. Quel canard celui-là alors ! 😀

En japonais, on emploie entre autre le terme kamo (鴨) pour ce coquin d’oiseau.  Mais quelle image lui a t-on coltiné cette fois ?

Étymologie du mot kamo et expression usuelle

Kamo s’écrit avec le plus souvent en kana カモ ou かも puisque son kanji 鴨 ne fait pas partie de la liste des jôyô kanji (les fameux kanjis usuels). Celui-ci est composé de la clé de l’oiseau 鳥 sur la droite. Le symbole graphique 甲 sur la gauche est apparemment là pour rappeler le cri du canard. C’est une onomatopée et plus particulièrement une giseigo (擬声語) suggérant le “bruit de quelque chose”. Concernant la prononciation kamo maintenant, il existe plusieurs hypothèses comme celle du ukabu tori (浮かぶ鳥 “oiseau qui nage”) où on aurait récupéré le ka.

Je préfère personnellement l’hypothèse yakamashii (やかましい “bruyant/insupportable”) où kama serait devenu kamo avec le temps. 😀
Concernant son sens maintenant, il faut savoir qu’il fait surtout référence au canard sauvage en japonais. Car pour celui domestiqué par l’homme, on utilise un mot totalement différent qui est ahiru (アヒル ou 家鴨 “canard de la maison”). Ce dernier désigne donc en général le canard blanc de Pékin qui ne peut voler alors que pour kamo, c’est le colvert sauvage.

Kamo à gauche et ahiru à droite. Génétiquement parlant, ils appartiennent tous les deux à la famille des canards.

Et l’homme là dedans alors ? Et bien comme le canard est une proie relativement facile à capturer, on désigne un individu qui se fait aisément avoir par kamo. On a ainsi l’expression kamo ni suru (鴨にする “en faire un canard”) qui s’est contracté en kamoru (カモる). Ce qu’on traduirait en français par “pigeonner“. Kamorareta n da (カモられたんだ) : je me suis fait pigeonner (litt : on a fait de moi un canard !). 😀

Sources : gogen-allguide (étymologie), zokugo.dict (expression kamoru)

Guilhem Walter

Rédacteur du site kotoba.fr, je vis au Japon depuis juillet 2012 et je m’intéresse de près à la langue japonaise et la culture dont elle fait partie.