La liberté, ça a du bon. Mais lorsque que cela part dans tous les sens avec le refus des règles, on se retrouve avec un courant artistique comme le baroque ! Heureusement un Nicolas Boileau théoricien du classicisme est passé par là. Car « ce que l’on conçoit bien s’énonce clairement, et les mots pour le dire arrivent aisément ». Paf !
Aujourd’hui, il ne sera pas question de littérature mais du mot japonais hôdai (放題) « à volonté/sans retenue » qui aurait tout de même une origine littéraire… ^^.

Origine du mot hôdai et exemples d’usage

Hôdai s’écrit en kanji 放題 où 放 signifie ici « libérer/détacher/défaire de ». 題 quant à lui correspond à l’idée de « sujet/intitulé ». Ainsi, littéralement, hôdai signifierait « se détacher du sujet« . Sauf qu’on est plutôt loin de son sens actuel « à volonté/sans retenu ». En réalité, il serait dérivé d’un terme propre aux chansons et poèmes japonais qui est bôdai (傍題). Celui-ci renvoie au fait de composer sur un thème qui s’écarte de celui principal hondai (本題). Le kanji 傍 veut d’ailleurs dire « à côté/sur le bord ». Et c’est de là que serait dérivé le sens « sans règle/sans retenue » de celui qui ne respecte rien. Et petit à petit, 傍 aurait fait place à 放.

Aujourd’hui, hôdai s’emploie surtout comme suffixe. Si vous cherchez un restaurant au Japon, il est très probable que vous tombiez sur la mention tabehôdai (食べ放題 « nourriture à volonté ») ou nomihôdai (飲み放題 « boisson à volonté »). Ici, le client est en quelque sorte invité à se faire plaisir ! Mais excepté ce contexte particulier vendeur/client, hôdai a rarement une connotation positive. Notamment après un verbe à la forme volitive (tai たい). iitai hôdai no koto wo iu (言いたい放題のことを言う) : parler sans retenue/sans gant.

Exemple d’un menu tabehôdai, une forme très populaire au Japon ! 🙂

On a également l’image de quelque chose de non contrôlée et qui part dans tous les sens. Une barbe hirsute, une chevelure imposante, un jardin laissé à l’abandon… Kusa ga haehôdai ni natte iru (草が生え放題になっている) : c’est plein d’herbes folles (qui poussent à leur guise). Hige wo nobihôdai ni shite oku (ひげを伸び放題にしておく) : je laisse pousser ma barbe (sans rien toucher).

Sources : kotobank (dictionnaires japonais), yain.jp (étymologie)

 

Guilhem Walter

Rédacteur du site kotoba.fr, je vis au Japon depuis juillet 2012 et je m’intéresse de près à la langue japonaise et la culture à laquelle elle fait partie.