Erimaki (襟巻き) : les écharpes, caches-nez et foulards au Japon

L’hiver approche et il est bientôt temps de sortir couvert. Au Japon, bien que cette saison est réputée moins rude qu’en France (à l’exception du nord et en particulier d’Hokkaidô), il n’est pas rare de porter une écharpe. L’occasion pour moi d’aborder son histoire au pays du soleil levant à travers le mot général erimaki (襟巻き). Je décrirai ensuite les autres termes plus actuels employés de nos jours.

Analyse du mot erimaki et synonymes davantage employés aujourd’hui

Erimaki s’écrit en japonais 襟巻き où eri 襟 signifie “col” et maki 巻き “enroulé”. Littéralement, ce terme englobe donc tous les vêtements et accessoires qui s’enroulent autour du col. C’est à dire les foulards, écharpes, cache col… Il existe aussi le terme plus rare kubi-maki (首巻き) qui signifie lui “entoure-cou”, ce qui revient au même. Au Japon, bien qu’on ait des traces de son utilisation dés le 15ème siècle, l’écharpe n’a jamais vraiment connu un réel engouement. On préférait à la place porter en hiver des zukin (頭巾), une sorte de serviette qui servait de capuchon.

Ce n’est qu’à la fin du 19ème siècle avec l’influence de l’Occident que le châle shôru (ショール) puis l’écharpe mafurâ (マフラー) ont commencé à s’imposer. Mafurâ wo maku (マフラーを巻く) : porter une écharpe (litt : s’enrouler d’une écharpe). A noter que mafurâ vient de l’anglais muffler qui s’emploie surtout en Angleterre. Aux Etats Unis, il désigne avant tout les pots d’échappement et on lui préfère scarf pour les écharpes. Ce dernier se dit en japonais sukâfu (スカーフ) et signifie plutôt “foulard”. Autrement dit les carrés de soie ou de tissu léger surtout utilisés par les femmes. Gare aux confusions ! 😀

Femme d’Edo portant un zukin à gauche et erimaki à droite.

Et notre erimaki dans tout ça, à quoi fait-il référence maintenant du coup ? Il faut être conscient déjà que le mot n’est presque plus employé de nos jours. Si vous êtes entouré de jeunes japonais, il est probable qu’ils vous regardent bizarrement si vous y avez recourt. Il possède ainsi une connotation désuète et on a l’image des caches-col en fourrure des années 70. A l’écrit, il peut servir de catégorie pour englober les termes vus précédemment.

Sources : fashion.pintoru (histoire), ja.wikipedia (généralités)