Chûdoku (中毒) : la dépendance à l’intoxication

Lorsqu’on entend le mot “intoxication”, on pense en premier lieu à l’ingestion, inhalation ou encore injection d’une substance toxique dans l’organisme. Il faut après s’accorder sur ce qui est “toxique” et bien qu’on classe facilement l’arsenic comme tel, le débat existe concernant l’alcool. On considère toutefois que l’alcoolisme est une forme de toxicomanie car il y a dépendance du sujet.

Cette introduction était nécessaire pour vous présenter 中毒 (chûdoku) qui mélange intoxication et dépendance. Miam !

Étymologie du mot chûdoku et évolution récente

La page Wikipedia en japonais décrit 中毒 en donnant le sens 「毒に中(あた)る」(doku ni ataru). S’il y a présence ici de la lecture du kanji 中 entre parenthèse, c’est parce qu’on emploie habituellement 当 pour le verbe 当たる (ataru) signifiant “toucher/atteindre/frapper”. Mais comme l’indique le dictionnaire étymologique Nihon Kokugo Daijiten, les deux étaient employés indifféremment autrefois. On retrouve par ailleurs ce sens “atteindre” avec 中 dans le mot 中風 (chûfû) littéralement “frappé par un vent (mauvais)” = paralysie. Ainsi, 中毒 est le fait d’être frappé (中) par du poison (毒), ce qui correspond à l’intoxication. 彼はキノコで中毒を起こした (kare ha kinoko de chûdoku wo okoshita) : il a été intoxiqué par des champignons.

De fait pour parler d’une intoxication quelconque, on place 中毒 comme suffixe. C’est le cas pour l’intoxication alimentaire (食中毒 shoku chûdoku), celle liée au gaz (ガス中毒 gasu chûdoku)… Il semble ensuite que dans le courant du vingtième siècle, on a aussi associé les différentes drogues (dont l’alcool) à notre mot du jour. C’est pourquoi le terme 中毒患者 (chûdoku kanja) peut se traduire par “intoxiqué” ou “drogué”. Et pour l’alcoolisme, on peut employer le mot アルコール中毒 (arukôru chûdoku). C’est ce qui a conduit à associer notre mot du jour à une (forte) dépendance dépassant le cadre des drogues.

Voici le スマホ中毒 (sumaho chûdoku) qui est à la mode.

J’avais évoqué hier la forte dépendance au oshiroi (白粉中毒) mais ça peut aussi concerner l’immatériel comme le travail. Pour quelqu’un qui est dépendant au travail au point de délaisser sa famille, on décrira cela comme du 仕事中毒 (shigoto chûdoku). “Arrête de te droguer au travail enfin !”. ح˚௰˚づ
L’académie de médecine japonaise recommande de nos jours d’employer plutôt 依存症 (izonshô) ou 嗜癖 (shiheki) pour la dépendance puisque 中毒 peut créer la confusion (notamment pour l’alcool ou une bonne cuite n’est pas synonyme d’alcoolisme).

Autre source : kotobank (dictionnaires japonais)

Laisser un commentaire

Derniers messages du forum