Pour le mot religion, on accepte en général deux sources étymologiques : relegere (rassembler/cueillir) et religare (lier/relier). En ce qui concerne la religion chrétienne, il est généralement question de ce qui “relie et rattache à dieu”. Au Japon, c’est le mot shûkyô (宗教) qui désigne en temps normal le concept de religion. En quoi se caractérise t-il et quelle image renvoie t-il auprès des japonais ?

Etymologie du mot shûkyô et image actuelle au Japon

Shûkyô s’écrit en kanji 宗教 où 宗 renvoie  aujourd’hui à l’idée de doctrine et 教 à celle de l’enseignement. Peu de japonais en sont conscients mais ce mot serait d’origine bouddhique. Autour du 6ème siècle, il apparaît en effet que 教 correspondait à la “manière de délivrer le message” et 宗 à “la quintessence/la vérité” du bouddhisme. Ainsi, shûkyô avait forcément un rapport avec le bouddhisme et on l’interprétait comme “l’enseignement de la quintessence du bouddhisme afin d’atteindre l’éveil“.

Ce n’est qu’au début de l’ère Meiji (autour de 1870) que shûkyô s’est véritablement propagé comme traduction officielle de religion. J’avoue personnellement de pas aimer le terme “traduction officielle” car un mot d’une langue donnée n’est jamais l’équivalent de celui d’une autre langue. Néanmoins,  pour des raisons pratiques il arrive qu’on soit obligé de recourir à ce genre de procédé arbitraire. On aurait pu tout à fait créer un nouveau mot japonais pour l’occasion. Si shûkyô a été choisi, c’est entre autre parce qu’il partage l’idée d’ “introspection” avec celui de religion.

Aujourd’hui, on associe très fortement shûkyô à la religion chrétienne au Japon. Il faut savoir que bien qu’on pratique encore des rites bouddhistes et shintoïstes, c’est surtout culturel. On peut simplifier la chose en disant qu’un japonais se dira “pratiquant mais pas croyant” et nous l’inverse. De fait, la simple évocation du mot shûkyô renvoie à l’image d’un croyant très actif et dévoué. Ce qui est assez proche de l’image qu’on se fait d’une secte en France. Il existe le mot karuto (カルト) pour ça en japonais mais on a tendance encore aujourd’hui à mettre toutes les religions dans le même paquet. Je vous conseille donc un peu de prudence avec l’emploi de ce mot.

Sources : otani (origine du mot shûkyô), blogos.com (article intéressant sur l’image de la religion au Japon)

Guilhem Walter

Rédacteur du site kotoba.fr, je vis au Japon depuis juillet 2012 et je m’intéresse de près à la langue japonaise et la culture dont elle fait partie.