Shôgatsu (正月) : la période du nouvel an au japon

En France, le jour de l’an comme son nom l’indique ne dure qu’un jour. Cela ne nous empêche pas de souhaiter la bonne année pendant une bonne partie du mois de janvier mais on ne fait la fête que ce jour précis en général. Au Japon, le shôgatsu signifie quelque chose d’un peu différent. Revenons un peu sur l’histoire de ce mot.

Etymologie et signification du mot shôgatsu

Shôgatsu s’écrit en kanji 正月 où 正 signifie principalement aujourd’hui “correct/juste” et 月 “le mois”. Dit comme ça, difficile d’y voir clair ! Il existe plusieurs hypothèses dont certaines essayent de trouver un sens caché avec le kanji 正 dans son sens “juste” mais il faut être prudent. En effet, shôgatsu est un mot très ancien, certaines sources rapportant qu’il était déjà fêté au VIème siècle au Japon. Et le kanji 正 a aussi signifié “premier” ce qui donnerait 正月 = premier mois de l’année.

Cette explication est convaincante dans le sens où dans certains documents, shôgatsu est synonyme de ichigatsu (一月 janvier). Une autre hypothèse est que 正 à la signification du verbe tadasu (正す) “réformer/renouveler” et que donc 正月 est le “mois du renouvellement”. Quand on voit que beaucoup de boutiques au Japon en profitent pour revoir entièrement la disposition des articles, cela semble cohérent.

Quoi qu’il en soit, on parle bien du “nouvel an” c’est à dire du début de l’année, ce qui est relatif au calendrier. Il est bon de le préciser car les japonais n’utilisent le calendrier grégorien que depuis 1872. Avant cette date, le shôgatsu correspondait donc à une période différente, cela pouvait être en février (comme en Chine actuellement), en fin janvier… Attention aux anachronismes donc ! Pour l’anecdote, le nouvel an chinois se dit désormais en japonais kyûshôgatsu (旧正月) = ancien nouvel an. Oh la belle oxymore ! 😀

Exemple de osechi disposés dans des boites caractéristiques. Du luxe là ! 😀

Et aujourd’hui, comment se passe le nouvel an ?

De nos jours, la période du nouvel an varie selon les régions. C’est en tout cas au moins trois jours (1er au 3 janvier) que l’on appelle sanganichi (三箇日). Si vous allez au Japon à ce moment là, vous serez surpris : c’est en fait le seul moment dans l’année où la plupart des magasins sont fermés ! Je dis bien “la plupart” car depuis l’arrivée des konbini dans les années 1970, il est possible de faire ses courses même durant ces trois jours fatidiques.

Jusqu’alors, on préparait le 31 décembre des plats spécifiquement pour le nouvel an, les osechi (御節). Cela se fait encore mais bien moins qu’autrefois : selon un sondage réalisé en 2016, seulement 16,4% des personnes interrogées affirment avoir préparés les osechi elles-même. Pour la plupart, on complète avec des plats tout fait achetés en magasin (44%). Autre chiffre révélateur : 25% disent ne pas avoir mangé du tout de osechi et plus la tranche d’âge est jeune, plus le chiffre augmente (35,8% pour les moins de 39 ans).

Quoi qu’il en soit, le nouvel an se fête en famille (environ 93% selon un sondage de 2013). On dit souvent d’ailleurs que le shôgatsu se fête comme Noël en France et c’est plutôt vrai ! A la différence peut être que l’on ne réunit pas en général toute la famille mais seulement celle du côté de l’un des conjoints.

Sources : wikipedia (généralités), karada-kokoro (étymologie), ssl.mcto (sondage 2016)

 

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur whatsapp
WhatsApp
Partager sur email
Email

Laisser un commentaire

Articles par mois
Derniers messages du forum