Lorsqu’on parle de l’école japonaise, le sujet de l’uniforme revient souvent sur la table comme une carpe qu’on a déposé sur une planche à couper (voir manaita). Effectivement, celui-ci ne nous est pas indifférent puisqu’il a été aussi obligatoire un temps en France (avant 1968 du moins) et que sa réintroduction fait toujours débat. Et au Japon c’est un peu pareil vu qu’on se demande aujourd’hui s’il a encore un sens et de nombreuses écoles ont procédé à son abolition.

Je ne vais pas pour autant relancer ce débat aujourd’hui puisque j’ai choisi de vous parler du mot de vocabulaire japonais 制服 (seifuku) en faisant tout d’abord un point sur son sens pour ensuite revenir sur les spécificités japonaises.

Signification du mot seifuku et spécificités des uniformes scolaires au Japon

制服 s’écrit avec le kanji 制 (sei) signifiant de manière large “système/règle/contrôle”. On le retrouve par exemple dans le mot 制度 (seido) qui désigne le système, l’institution. On peut aussi noter le verbe 制する (sei-suru) signifiant “maîtriser/contenir/dominer”. 服  (fuku) quant à lui renvoie simplement au vêtement/habit. Ainsi, notre seifuku fait référence à un vêtement dont la couleur ou la forme est définie par des règles et une institution. Mon dictionnaire japonais précise “ある集団に属する人が着るように定められた服装”(aru shudan ni zoku suru hito ga kiru yô ni sadamerareta fukusô). Traduction : Habit qu’une personne appartenant à un groupe est déterminé à porter.

Alors cette définition est en fait un peu vague parce qu’un maillot de foot pourrait être un seifuku dans ce cas. Le groupe représente l’équipe et lorsqu’on fait un match, on est un peu contraint de le porter. Si j’insiste là dessus, c’est parce qu’en japonais, il existe aussi le mot ユニフォーム/ユニホーム (yunifômu/yunihômu). Celui-ci vient de l’anglais uniform mais en général, il désigne surtout… la tenue de sport. Donc si vous tapez ce mot dans Google Images, vous tomberez quasi uniquement sur des maillots de foot et baseball. Comme lorsqu’on a importé le mot de l’anglais (de manière postérieure), on avait uniquement retenu cette notion d’appartenance au groupe. Bref pour être clair, seifuku se rapporte uniquement aux “tenus habillées” d’établissements scolaires et autres institutions (armée, police, compagnie aérienne…).

Comparaison des tendances dans 9 grandes villes japonaises.

Pour revenir sur les écoles japonaises, chaque établissement a ses propres règles. L’illustration du dessus tirée d’un ebook japonais donne les tendances dans les grandes villes. En principe pour les filles, j’avais entendu dire que la jupe devait être située à 5 cm maximum au dessus des genoux une fois assise. Toutefois pour Tokyo par exemple, cela passe jusqu’à 15 cm. Il est intéressant de voir que c’est l’inverse dans le Kansai (Osaka/Kobe), encore une rivalité ? ^^.
Il ne faut pas oublier toutefois qu’il existe un vrai business avec les écolières en jupe courte et je vous invite à visionner ce reportage si le sujet vous intéresse.

Sources : Ja.Wikipedia (généralités), withnews.jp (à propos de la taille en fonction des villes)

Guilhem Walter

Rédacteur du site kotoba.fr, je vis au Japon depuis juillet 2012 et je m’intéresse de près à la langue japonaise et la culture dont elle fait partie.